image_pdfimage_print
Le nouveau film d’Elia Suleiman, « IT MUST BE HEAVEN » (Ca doit être le paradis) sera à Cannes en compétition officielle: https://www.festival-cannes.com/fr/infos-communiques/communique/articles/la-selection-officielle-2019.
Dans IT MUST BE HEAVEN, un Palestinien de 50 ans, quitte son pays pour trouver la paix. Fuyant aussi son identité, il souhaite se fondre dans une société nouvelle. Mais peu importe où il va en Europe ou en Amérique, il retrouve ce qu’il tente de fuir: appareil militaire qui se veut glorieux mais qui est risible; policiers ridicules qui cherchent à justifier leur inutilité; tensions sociales bizarres et improbables ; postes de contrôles loufoques et kafkaesques, il est confronté en somme partout à des caricatures de ce qui l’accablait en Palestine. Lui qui anticipait calme et sécurité se retrouve dans des pays en état d’exception, comme si une occupation non déclarée s’étendait partout sur la planète. Par ses errances, entre fuite et introspection, Elia Suleiman pose sur un ton d’humour décalé cette question fondamentale : quel est donc cet endroit qu’on peut appeler « chez soi »?

Pour IT MUST BE HEAVEN, le scénariste et réalisateur Elia Suleiman se met une nouvelle fois en scène dans le rôle principal, et s’entoure du directeur photo Sofian El Fani (Timbuktu, La vie d’Adèle), de la monteuse Véronique Lange (Le mystère de la chambre noire, Le Temps qu’il reste) et de la directrice artistique Caroline Alder (Une jeune fille, Le journal d’un vieil homme). Produit au Québec par Possibles Média (Serge Noël) et mené en France par Rectangle Productions, ainsi que par Zeyno Film (Turquie) et Pallas (Allemagne), le film sera distribué au Canada par Maison 4:3 à l’automne.

IT MUST BE HEAVEN est le quatrième long métrage de fiction d’Elia Suleiman, habitué du Festival de Cannes et révélé sur la scène internationale avec sa trilogie de films portant sur le conflit israélo-palestinien : Chroniques d’une disparition (Prix du Meilleur premier film à la Mostra de Venise en 1996), Intervention Divine (Prix du Jury au Festival de Cannes en 2002) et Le Temps qu’il reste (sélection officielle du Festival de Cannes en 2009). Mêlant dans son œuvre burlesque, fantaisie et drame, Elia Suleiman a su imposer un style cinématographique unique.

Via CTVM

Autre information concernant le festival de Cannes:

Dans la section court-métrages – cinéfondation le court-métrage de Wisam Aljafari présenté par Dar Al-kalima University de Bethlehem sera également en compétition:
https://www.festival-cannes.com/fr/infos-communiques/communique/articles/les-selections-des-courts-metrages-au-72e-festival-de-cannes

Et aussi pour la deuxième année le Pavillon de la Palestine au marché du film avec le Palestine Film Institut.