image_pdfimage_print

9 avril 2019 – ADDAMEER (Association pour la défense des prisonniers et des droits humains)

Les prisonniers politiques palestiniens dans les prisons israéliennes ont lancé une grève de la faim massive le 8 avril 2019. Cet appel à la grève de la faim intervient après des mois de grave détérioration des conditions de leur détention, particulièrement depuis que le ministre israélien Gilad Erdan a formé une commission chargée précisément de rabaisser les normes des conditions de détention pour les Palestiniens. Le pire moment de cette détérioration fut celui de ces raids violents répétés conduits avec une force excessive contre les prisonniers dans trois prisons différentes, Ofer, al-Naqab, et Rimon.

Depuis le jeudi 4 avril 2019, des négociations étaient en cours entre les représentants des partis politiques dans les prisons et l’administration pénitentiaire. Un accord initial avait été conclu dans la soirée du 7 avril, mais le lendemain, l’administration pénitentiaire israélienne se retirait et imposait ses conditions pour l’application de l’accord initial. Les représentants des partis politiques ont réagi en lançant la grève de la faim dans la soirée du 8 avril 2019.

La grève de la faim a commencé avec cinq prisonniers, Wa’el Jaghoub, Muhammad A’rman, Zaid Besisi, Hussasin Derbas, et Akram Abu Baker. Et depuis le début jusqu’à ce jour, des dizaines de prisonniers les ont rejoints dans la grève de la faim et nous nous attendons à ce que leur nombre grandisse dans la semaine à venir.

Les exigences des prisonniers en grève de la faim comprennent : l’installation de téléphones publics dans toutes les prisons ; le retrait de tous les nouveaux brouilleurs de portables dans les quartiers et les salles des prisons ; le retour de tous les prisonniers récemment retirés de leurs quartiers à titre de mesure punitive ; l’annulation de toutes les nouvelles mesures prises par le ministre israélien Gilad Erdan et sa nouvelle commission ; l’autorisation des visites familiales aux familles qui en ont été interdites pour des motifs sécuritaires et notamment aux familles de la bande de Gaza, et permettre les soins médicaux appropriés ; le transfert des prisonnières de la prison de Damon dans une autre prison où l’on répond aux besoins des prisonnières conformément aux règles du droit international ; l’amélioration des conditions de détention pour les enfants ; la fin de la politique de l’isolement ; l’amélioration des conditions du bosta (le transfert des prisonniers) et d’attente dans les quartiers. Alors que débute la grève, Addameer exhorte toutes celles et ceux qui défendent la justice dans le monde à agir pour soutenir les prisonniers palestiniens qui ont mis leurs corps et leurs vies en jeu pour la liberté et la dignité.

La question des prisonniers et des détenus palestiniens enfermés dans les prisons et les centres de détention israéliens va au-delà des seuls droits individuels de l’être humain ; elle est aussi celle des droits collectifs de tout un peuple, le peuple palestinien, qui continue d’être privé de son droit à l’autodétermination et à la souveraineté, fondements du droit international. Tous les prisonniers politiques palestiniens – quelles que soient leurs affiliations ou les accusations politiques alléguées contre eux – ont droit à un procès équitable qui est garanti par le droit humanitaire international et les règles des droits de l’homme internationaux. Les prisonniers et détenus politiques palestiniens sont systématiquement soumis à la torture et aux mauvais traitements dans une constante impunité – ce qui rend évident la nécessité de davantage d’actions de solidarité de la part des peuples du monde entier pour appeler à la libération immédiate de tous les prisonniers politiques palestiniens, privés depuis si longtemps de leurs droits fondamentaux.

L’association Addameer pour la défense des prisonniers et des droits humains exhorte chacune et chacun à organiser des actions de solidarité avec la lutte des prisonniers et des détenus en grève de la faim. Prenez position en solidarité avec les grévistes de la faim, sensibilisez l’opinion sur leur lutte, aidez-nous à mettre la pression sur les autorités d’occupation israéliennes pour qu’elles respectent les droits fondamentaux des prisonniers.

Passez à l’acte :

1 – rejoignez la campagne d’Addameer sur les médias sociaux pour sensibiliser l’opinion,  diffusez les hashatgs : #Hunger_Strike_for_Dignity, #PalHunger, #Free_Palestinian_Political_Prisoners, ou #StopAD (campagne sur la détention administrative), #NotATarget (campagnes pour les défenseurs des droits humains), et partagez une photo de vous-même avec une pancarte ou simplement un hashtag aux côtés d’un prisonnier ou d’un détenu, sur Twitter ou Facebook pour sensibiliser.

2 – Protestez, organisez une manifestation, avec une intervention ou une bannière, dans votre ville, communauté ou sur votre campus, pour appeler à la libération immédiate de tous les prisonniers politiques palestiniens et exprimer votre solidarité avec les prisonniers et détenus en grève de la faim.

3 – Contactez directement les preneurs de décision, vous en trouvez la liste ci-dessous avec leurs coordonnées. S’il vous plaît, prenez une minute de votre journée, et appelez-les directement pour les pousser à respecter le droit et à libérer tous les prisonniers politiques arbitrairement détenus dans leurs prisons.

4 – Interpellez vos propres élus. Quel que soit le pays d’où vous venez, si vous avez accès à vos élus, contacter-les directement à ce sujet. Une pression se construit si elle s’exerce sur ceux qui vont écouter et feront passer le message au plus haut de la hiérarchie des décideurs. La seule façon d’y parvenir, c’est qu’un nombre suffisant de personnes se joignent à vous et expriment le désir que votre gouvernement agisse sur la question.

5 – Rejoignez la campagne BDS : organisez une action devant une boutique HP pour mettre en avant le rôle des entreprises impliquées – et qui en tirent profit – dans l’emprisonnement politique des Palestiniens par l’occupation israélienne.

6 – Rejoignez les campagnes d’Addameer et leur appel à l’action : Addameer mène deux grandes campagnes : Stop à la détention administrative, et pour les Défenseurs des droits de l’homme. Vous pouvez vous servir de tout le matériel d’Addameer préparé pour ces deux campagnes ou de tout autre matériel disponible sur le site d’Addameer.

7 – Envoyez un courriel à info@addameer.ps ou sur notre page Facebook pour nous faire connaître l’action que vous envisagez et que nous puissions vous aider de toutes les façons possibles.

Le procureur général d’Israël

Avihai Mendelbilt

Ministry of Justice

29 Salah al-Din Street

Jerusalem 91010, Israel

Fax: +972 2 530 3367

Email: ishkat-yoetz@justice.gov.il

Le commandant des Forces d’occupation israéliennes – Cisjordanie

General Nadav Padan

GOC Central Command

Military Post 01149, Battalion 877

1111@idf.gov.il

Fax: +972 2 530 5741+972 2 530 5724

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu

Prime Minister’s Office

Jerusalem
3 Kaplan St. Hakirya

91950

Fax:  +972-2-6496659

Email: bnetanyahu@KNESSET.GOV.IL

Traduction : JPP pour l’Agence Média Palestine

Source: Addameer