image_pdfimage_print

Tamara Nassar – 6 mars 2019

Les fidèles palestiniens se réunissent après les prières du vendredi le 22 février à la porte de Bab-al-Rahma sur le complexe de la Mosquée al-Aqsa dans la Vieille Ville de Jérusalem. (Afif Amera / WAFA/APA images)

Israël intensifie ses mesures de répression sur les Palestiniens de Jérusalem.

Le Waqf Islamique – organisme responsable des lieux saints musulmans de Jérusalem – a rouvert le mois dernier Bab-al-Rahma, une des portes de l’enceinte de la mosquée al-Aqsa à Jérusalem qui a été complètement fermée par Israël depuis 2003 :

Les 16 ans de l’ordre de fermeture expirent en août. Mais Israël a l’intention de fermer la porte une fois de plus.

La police israélienne a demandé à un tribunal de Jérusalem de fermer la porte de façon permanente pour « tenir les manifestants à l’écart… dans le cadre de sa guerre contre le terrorisme », d’après le quotidien de Tel Aviv Haaretz.

En réalité, comme le montre cette vidéo, ce lieu saint musulman sert aux Palestiniens pour prier :

Lundi, un tribunal israélien a dit qu’il fermerait le bâtiment si le Waqf ne se plie pas à l’exigence d’Israël de fermer la porte d’ici la fin de la semaine.

Le Waqf a rejeté mardi l’ordre du tribunal.

« Nous n’obéirons à aucune menace de la part de la police et des autorités d’occupation. Les tribunaux d’occupation n’ont pas la juridiction sur la mosquée al-Aqsa, et le Waqf ne reconnaît ni ne soumet aucune partie d’al-Aqsa aux lois de l’occupation. C’est le cas depuis l’occupation de Jérusalem en 1967. »

Sheikh Abdul Azim Salhab, à la tête du Waqf, a appelé à une prière massive vendredi dans l’enceinte de la mosquée al-Aqsa, spécialement à l’intérieur de Bab al-Rahma, pour réagir aux tentatives israéliennes pour la fermer.

Le Waqf a également annulé une rencontre prévue pour mercredi avec la police israélienne pour protester contre l’ordre du tribunal.

Arrestation et interdit

Pendant ce temps, les forces d’occupation israéliennes ont par ailleurs intensifié la semaine dernière leurs campagnes d’arrestations multiples et d’interdit contre les gardes palestiniens et l’équipe du complexe de la mosquée al-Aqsa.

Les forces israéliennes ont fait venir plusieurs membres du Waqf au poste de police de Qishleh dans la Vieille Ville de Jérusalem et leur ont ordonné de se tenir loin du complexe de la mosquée al-Aqsa, ainsi que des routes qui y mènent.

Sheikh Najeh Bkeirat, directeur adjoint du Waqf, a reçu l’ordre de se tenir à l’écart pendant quatre mois.

« Je trouve que cette décision est injuste et raciste, et c’est une tentative pour briser notre rôle à la mosquée al-Aqsa et réduire notre présence », a dit Bkeirat dans une vidéo.

Les forces israéliennes ont également ordonné à Nasser Qous, personnage important et du Fatah et du Club des Prisonniers Palestiniens, à se tenir éloigné du complexe pour 40 jours.

Israël a arrêté puis a relaxé Sheikh Abdul Azim Salhab peu après la réouverture de la porte. On lui a lui aussi ordonné de se tenir loin du complexe pendant 40 jours.

Les forces israéliennes ont arrêté le gouverneur palestinien de Jérusalem, Adnan Ghaith, après avoir fait irruption la semaine dernière dans sa maison dans le quartier de Silwan à Jérusalem Est.

Ghaith a été emmené dans l’Enceinte Russe à Jérusalem, centre de détention israélien synonyme de torture des prisonniers palestiniens.

Destruction d’al-Aqsa

Uri Ariel, ministre israélien de l’Agriculture, a fait une incursion la semaine dernière dans l’enceinte de la mosquée al-Aqsa, accompagné de colons israéliens.

Ariel est un très important promoteur de la destruction d’al-Aqsa.

Les colons débarquent régulièrement dans l’enceinte d’al-Aqsa, accompagnés de soldats lourdement armés, pour intimider les Palestiniens et affirmer le contrôle d’Israël sur le site.

Cette vidéo montre des colons faisant irruption mercredi matin dans l’enceinte :

Les Palestiniens considèrent les incursions de plus en plus agressives comme des étapes dans la prise de contrôle progressive par les colons qui sont soutenus par le dit mouvement du Temple.

Yehuda Glick, député du parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu le Likoud, et un des dirigeants du mouvement du Temple, a brisé un interdit le mois dernier sur la prière publique dans l’enceinte dans un effort pour intimider :

Soutenu par des politiciens et des rabbins chevronnés en Israël et financé par les autorités israéliennes, ce mouvement a pour but ultime -ouvertement déclaré par nombre de ses adhérents – la destruction de la mosquée al-Aqsa et du Dôme du Rocher et leur remplacement par un temple juif.

Traduction : J. Ch. pour l’Agence Média Palestine
Source : The Electronic Intifada