image_pdfimage_print

 

21 janvier 2019 (mise à jour : 22 janvier 2019)

BETHLEEM (Ma’an) — Plus de 250 Palestiniens ont été tués par des tirs de l’armée israélienne et plus de 23 000 ont été blessés, depuis le début des manifestations de la « Grande Marche du retour » dans la bande de Gaza du 30 mars à la fin de l’année dernière, selon un rapport du Bureau des Nations Unies pour la coordination des questions humanitaires (OCHA) en territoire palestinien occupé.

OCHA a publié un rapport ce lundi, indiquant que « depuis le 30 mars 2018, la bande de Gaza est le témoin d’une augmentation significative des victimes palestiniennes dans le contexte des manifestations de masse et d’autres activités le long de la barrière de séparation entre Israël et Gaza, dans le cadre de la Grande Marche du retour, ainsi que lors de combats et d’incidents relatifs à l’accès ».

OCHA a confirmé que « 254 Palestiniens ont été tués à Gaza entre le 30 mars et le 31 décembre 2018, dont 180 tués pendant les manifestations de la Grande Marche du retour à la frontière entre Gaza et Israël et les autres dans d’autres circonstances, mais toujours par des tirs israéliens. Parmi eux, figurent 44 enfants et 4 femmes ».

Le rapport ajoute que « 23 603 Palestiniens ont été blessés pendant la même période, presque tous pendant la Marche du retour ; ceci inclut 5183 jeunes garçons, 464 jeunes filles et 1437 femmes ».

« Le plus grand nombre de morts et de blessés a eu lieu en mai (80 morts et 5981 blessés), pendant les manifestations de masse contre le déplacement de l’ambassade des Etats-Unis de Tel Aviv à Jérusalem ».

OCHA souligne que « le grand nombre de victimes parmi les manifestants palestiniens non armés, dont un pourcentage élevé a été frappé par des balles réelles, soulève des inquiétudes sur l’usage excessif de la force par les troupes israéliennes. L’exposition des enfants à la violence et le manque de protection des équipes médicales sont aussi inquiétants ».

Traduction: Catherine G. pour l’Agence Média Palestine

Source: Maan News