Des Néo-nazis appuient une fausse définition israélienne de l’antisémitisme à l’UE

Par Asa Winstanley, 7 décembre 2018 Le ministre autrichien d’extrême droite Herbert Kickl a ratifié à Bruxelles la définition mensongère israélienne de l’antisémitisme. Une nouvelle déclaration de l’Union Européenne pourrait rendre encore plus difficile la critique d’Israël en tant qu’Etat raciste, sans être traité d’antisémite. Jeudi à Bruxelles, des politiciens ont ratifié le document. La déclaration demande à tous les gouvernements de l’UE de « souscrire à la définition de travail non juridiquement contraignante de l’antisémitisme utilisée par l’Alliance Internationale de la Mémoire de l’Holocauste » (IHRA). Cette démarche, approuvée par les ministres de l’Intérieur de l’UE, a déjà été condamnée par un certain nombre d’Israéliens. La déclaration a été lancée par l’Autriche, dont le gouvernement de coalition comprend plusieurs ministres qui sont membres d’un parti néo-nazi. ssus de plusieurs partis de droite qui ont encouragé le fanatisme anti-juif. Le ministre autrichien de l’Intérieur Herbert Kickl était l‘un d’eux. Il vient du Parti Liberté, organisation anti-musulmane conduite par le néo-nazi Heinz-Christian Strache (maintenant vice-chancelier d’Autriche). Kickl a été accusé en janvier de parler comme un Nazi lorsqu’il a demandé aux autorités «  de concentrer les demandeurs d’asile en un seul lieu ». Sa façon de parler a semblé délibérément calculée pour évoquer l’Holocauste – … Lire la suite de Des Néo-nazis appuient une fausse définition israélienne de l’antisémitisme à l’UE