image_pdfimage_print

Henriette Chacar – +972mag – 13 novembre 2018

Les troupes israéliennes ont pénétré dans Gaza à plus de 70 reprises, rien que cette année, selon les Nations-Unies. Et ce ne sont que les incursions dont nous sommes au courant. 

 

Une photo d’archives qui illustre la présence des troupes israéliennes déployées le long de la frontière avec Gaza. (Miriam Alster/Flash90)

Depuis que les forces spéciales israéliennes se sont livrées dimanche soir à cet embrasement meurtrier avec les commandos du Hamas, très à l’intérieur de la bande de Gaza, Israël a lancé des dizaines de bombes et de missiles sur Gaza, et le Hamas a tiré des centaines de roquettes sur Israël.

The New York Times a décrit le raid des forces spéciales comme « la première incursion terrestre israélienne connue dans Gaza depuis l’opération Bordure protectrice de juillet 2014 ».

Cela ne peut pas être plus éloigné de la vérité.

Depuis début 2015 jusqu’à fin d’octobre 2018, l’armée israélienne a mené 262 incursions et opérations terrestres, connues, pour niveler les terres à l’intérieur de la bande de Gaza, dont 70 rien que pour cette année. Et cela n’inclut pas les opérations secrètes, dont le nombre est inconnu, comme celle qui a mal tourné dimanche.

Comme l’a expliqué un général israélien en retraite à la télévision nationale, de tels raids secrets à travers les lignes ennemies sont en réalité plutôt de la routine. « Des activités dont la plupart des civils n’ont pas conscience qu’elles se produisent tout le temps, chaque soir et dans chaque région » a déclaré Tal Russo sur Channel 10 d’Israël, en discutant des évènements de Gaza.

Selon les données obtenues par +972 Magazine auprès du Bureau de la coordination des Affaires humanitaires (OCHA) des Nations-Unies dans les territoires palestiniens occupés, Israël a effectué 21 excursions à l’intérieur de Gaza en 2014 (sans compter la guerre de sept semaines). L’année suivante, en 2015, ce nombre a plus que doublé pour atteindre 56. En 2016 et 2017, 68 et 65 incursions ont respectivement eu lieu. À fin octobre 2018, on a enregistré 73 de ces incidents, selon les données des Nations-Unies.

Ce qu’il y a d’exceptionnel dans l’action de dimanche, ce n’est pas que les soldats israéliens ont pénétré dans Gaza, mais que l’opération militaire a été exposée. La plupart du temps, quand les forces israéliennes infiltrent l’enclave côtière, elles restent dans les 200 à 300 mètres de la clôture frontalière, explique, à +972, Ibtisam Zaqout, la responsable du travail sur le terrain pour le Centre palestinien pour les droits de l’homme.

Les soldats traversent régulièrement dans des bulldozers militaires, et non à pied, principalement pour raser et niveler les terres afin de conserver une ligne de mire sur la « zone tampon » maintenue par Israël le long de la frontière, ajoute-t-elle.

Israël n’a pas constamment déterminé le périmètre de cette zone d’accès réduit le long de la frontière avec Gaza, et il s’est souvent servi d’une violence meurtrière pour écarter les habitants de Gaza. Entre 2010 et 2017, les forces de sécurité israéliennes ont tué au moins 161 Palestiniens, et en ont blessé plus de 3000, près de la clôture frontalière, selon un rapport de Gisha publié en août.

Ces restrictions habituelles aux déplacements à proximité de la clôture, que le rapport qualifie d’ « arbitraires » et d’ « incohérentes », ne font pas que mettre en danger la vie de dizaines de milliers d’agriculteurs et éleveurs palestiniens, mais elles nuisent également à leurs moyens de subsistance et étouffent le développement économique de la bande de Gaza.

La restriction aux déplacements le long de la clôture, en plus des incursions manifestes de jour qui affectent les agriculteurs et les collecteurs de ferraille, ne sont que deux exemples des moyens par lesquels Israël continue d’exercer son contrôle sur les Palestiniens de Gaza, malgré leur « désengagement » de 2005. Depuis que le Hamas a obtenu le contrôle de la Bande, en juin 2007, Israël, de son côté, a maintenu un blocus terrestre, aérien et maritime strict.

Les incursions secrètes dont nous avons eu connaissance pour dimanche soir démontrent quelque chose de plus vaste, cependant. Le raid a eu lieu au plus fort des pourparlers de cessez-le-feu les plus sérieux que nous avons vus entre Israël et le Hamas depuis 2014. Qu’il ait eu lieu juste quelques heures après que le Premier ministre israélien Netanyahu a eu déclaré qu’il faisait tout son possible pour éviter une autre guerre, laisse penser qu’Israël n’avait pas l’intention de déclencher vraiment une escalade. En d’autres termes, le raid au-delà de la frontière n’avait rien de spécial sinon le fait qu’il a fait sept morts.

Questionné lundi sur la fréquence des incursions au-delà de la frontière dans Gaza au cours de ces dernières années, un porte-parole des Forces de défense israéliennes (FDI) a répondu simplement que l’armée « ne discute pas de telles questions ».

 

Note de l’éditeur : conformément à notre obligation légale, cet article a été envoyé au censeur des FDI pour révision avant sa publication. Nous ne sommes pas autorisés à indiquer si et où l’article a été censuré.

https://972mag.com/israeli-incursions-in-gaza-are-the-rule-not-exception/138600/

Traduction : JPP pour l’Agence Média Palestine