image_pdfimage_print

Le 24 octobre 2018, nous marquerons le 34e anniversaire de l’arrestation de Georges Ibrahim Abdallah, révolutionnaire arabe, communiste libanais, militant de la cause palestinienne, par la police française. Depuis 1984, il est resté derrière les barreaux, l’un des prisonniers politiques les plus anciens du monde. Du 17 au 24 octobre 2018, rejoignez le réseau de solidarité des prisonniers palestiniens Samidoun, la campagne unitaire pour la libération de Georges Abdallah et les organisations en France et dans le monde. Organisez des manifestations, faites campagne sur les réseaux sociaux et distribuez des informations cette semaine dans votre communauté pour réclamer la liberté pour Georges Ibrahim Abdallah et de tous les prisonniers palestiniens !

«Nous sommes enchaînés par les injustices communes commises aux États-Unis d’Amérique, qui sont les mêmes que celles utilisées en Palestine, et je ne doute pas qu’il existe de nombreux exemples dans tous les fiefs de l’impérialisme. le monde de la liberté, vous restez un symbole et un modèle à suivre pour nous. »- Ahmad Sa’adat (secrétaire général du FPLP emprisonné) à Georges Ibrahim Abdallah

Georges Abdallah s’est engagé tout au long de sa vie dans la lutte révolutionnaire au Liban et dans la libération de la Palestine – et dans une vision révolutionnaire de la libération humaine. Il a travaillé avec l’organisation de gauche palestinienne, le Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP), en résistant aux attaques israéliennes sur le Liban. Plus tard, il a rejoint d’autres militants révolutionnaires libanais dans les Fractions Armées Révolutionnaires Libanaises, soulignant une voie non confessionnelles, socialiste et révolutionnaire vers la libération du peuple libanais, confronté aux milices de la guerre civile et aux attaques israéliennes contre le Liban.

Georges Abdallah a été arrêté pour avoir soi-disant porté de faux papiers; sa détention a été prolongée à plusieurs reprises alors que les services de renseignement français cherchaient des informations pour l’accuser d’avoir participé à des actions armées qui ont tué un diplomate américain et un représentant israélien à Paris. Même l’un de ses avocats aurait été impliqué dans l’espionnage d’Abdallah pour l’agence de renseignement française. Alors qu’il était censé être échangé avec des prisonniers détenus par des révolutionnaires arabes, l’État français a renié ses engagements après avoir obtenu ses propres prisonniers, gardant Abdallah comme prisonnier.

En 1987, lorsque Georges Abdallah a été condamné, il devait recevoir une longue peine de dix ans ou moins, comme le recommandait le procureur dans son cas. Au lieu de cela, il a été condamné à perpétuité, comme l’a soutenu un avocat privé représentant le gouvernement américain.

Aujourd’hui, Georges Abdallah reste derrière les barreaux. En dépit d’être éligible pour la libération depuis 1999, ses demandes de libération conditionnelle ont été refusées à plusieurs reprises. Même lorsqu’il a remporté une victoire au tribunal, des responsables français, comme l’ancien Premier ministre Manuel Valls, sont intervenus au plus haut niveau pour bloquer sa libération. Des responsables américains, comme l’ancienne secrétaire d’État Hillary Clinton, sont également intervenus pour tenter de maintenir Georges Abdallah en prison. En substance, Georges Abdallah est un prisonnier non seulement de l’État colonial français mais aussi de l’impérialisme américain et de l’occupation israélienne. Pendant ce temps, le gouvernement libanais n’a pas été à la hauteur de ses responsabilités en recherchant la liberté de son compatriote emprisonné.

Malgré sa détention à la prison de Lannemezan pendant 34 ans, Georges Abdallah participe activement à la lutte. Il a écrit des lettres et a publié des déclarations en réponse aux luttes révolutionnaires à travers le monde et garde toujours un œil spécial sur les prisonniers palestiniens, qui l’ont déclaré l’un des leurs.

Ses paroles continuent d’inspirer des générations de révolutionnaires, de militants et de combattants de la liberté. Et sa participation ne se limite pas aux mots – en effet, il a refusé les repas et a organisé ses compagnons de détention basques et arabes à Lannemezan pour le faire également, en solidarité avec la grève de la faim des prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes.

Cette année, nous vous invitons à vous joindre à nous, dans vos villes, communautés, quartiers, camps, villes et campus, pour organiser des manifestations, manifestations, défilés et activités pour demander la libération de Georges Ibrahim Abdallah et de tous les prisonniers palestiniens du 17 au 24 octobre 2018. L’événement central de la semaine sera la marche du 20 octobre à Lannemezan pour la libération de Georges Abdallah. Des événements sont également organisés dans des pays du monde entier et des actions ont été menées au cours des dernières semaines aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni, en Irlande, en France, en Allemagne, en Belgique, aux Pays-Bas, en Italie et en Espagne.

Georges Abdallah n’est pas seul; sa détention fait partie intégrante de celle de près de 6 000 prisonniers politiques palestiniens dans les prisons israéliennes et des prisonniers de Palestine aux États-Unis et dans d’autres prisons internationales – ainsi que des prisonniers des luttes contre le capitalisme, le racisme et l’impérialisme dans le monde.

Georges Abdallah et ses camarades prisonniers palestiniens sont emprisonnés dans une tentative de faire taire et de réprimer la lutte anticoloniale du peuple palestinien pour la justice, la libération et le retour. Cependant, malgré toute la répression, leur leadership demeure un symbole d’espoir et d’inspiration pour tous ceux qui luttent pour la liberté. Rejoignez le mouvement pour libérer Georges Abdallah, libérer tous les prisonniers politiques palestiniens et libérer la Palestine, de la mer au Jourdain !

Source : Samidoun
Traduction : Collectif Coup pour Coup 31

A Toulouse, notre collectif anti-impérialiste Coup pour Coup 31 organise un bus à prix libre pour se rendre à la manifestation nationale de Lannemezan le 20 octobre. Rendez-vous à 11h30 au métro Basso cambo (Ligne A) pour un retour sur Toulouse dans la soirée. Inscription au bus sur couppourcoup31@gmail.com