image_pdfimage_print

Maureen Clare Murphy – 18 septembre 2018

Des Palestiniens manifestent le 18 septembre au checkpoint d’Erez au nord de Gaza contre le blocus israélien. (Dawoud Abb Alkas / APA images)

Un Palestinien a été visé et tué mardi soir par la police israélienne près de la Porte de Damas à l’entrée de la Vieille Ville de Jérusalem dans une soi-disant tentative d’attaque au couteau au début des congés de Yom Kippur.

La police israélienne a dit que l’homme s’était précipité sur une personne juive, la frappant jusqu’à terre, puis avait couru vers les officiers qui ont tiré sur lui alors qu’il agitait un objet pointu.

Un témoin palestinien a dit à l’Agence France Presse que « le soi-disant agresseur n’essayait pas de poignarder quiconque, mais ‘se défendait’ plutôt contre un civil juif ».

Les organes de presse palestiniens ont identifié l’homme abattu comme étant Muhammad Yousif Alayan du camp de réfugiés de Qalandiya près de la ville de Ramallah en Cisjordanie occupée :

On peut entendre plusieurs tirs dans les multiples vidéos de la scène :

D’autres vidéos montrent Alayan gisant inerte dans la rue, la police israélienne n’essayant même pas de lui administrer les premiers secours :

La police israélienne a publié une vidéo, dont l’enregistrement de l’incident par une caméra de sécurité sous plusieurs angles. La vidéo montre elle aussi l’objet, apparemment un tourne-vis qu’Alayan semblait tenir lorsqu’il a été abattu.

Aucun Israélien n’a été déclaré blessé.

Alayan est le troisième Palestinien à être tué cette année au cours d’une soi-disant attaque au couteau à Jérusalem Est occupée.

Abd al-Rahman Bani Fadel, 28 ans, a poignardé et tué un colon en mars près de l’entrée du complexe de la mosquée al-Aqsa dans la Vieille Ville de Jérusalem avant d’être abattu par la police.

Le mois dernier, Ahmad Mahamid, citoyen palestinien d’Israël âgé de 30 ans, a été tué par balle après avoir essayé de poignarder un policier dans la Vieille Ville. Sa famille a dit que son acte n’avait pas de motif politique mais que Mahamid était mentalement dérangé.

Dimanche, un Américain doté de la citoyenneté israélienne a été poignardé à mort par un jeune Palestinien de 16 ans dans une colonie de Cisjordanie. L’assaillant palestinien a reçu plusieurs balles, mais a survécu et est actuellement détenu dans un hôpital israélien.

Quatre tués à Gaza, un enfant meurt de ses blessures

Mardi aussi, Muhammad Zaghloul al-Khatib al-Rimawi, 24 ans, est mort sous les coups des soldats chez lui en Cisjordanie occupée.

Au même moment, les forces d’occupation israéliennes ont tué quatre Palestiniens dans la Bande de Gaza dans l’espace de 24 heures entre lundi et mardi.

Mardi, deux Palestiniens ont été tués par balle par des soldats israéliens au nord de Gaza.

Le ministère de la Santé de Gaza a identifié les hommes abattus comme étant Muhammad Ahmad Abu Naji, 34 ans, et Ahmad Muhammad Muhsin Omar, 20 ans.

Les deux hommes faisaient partie des centaines de personnes qui manifestaient contre le blocus israélien, maintenant dans sa 11ème année, près de Beit Hanoun/checkpoint d’Erez.

Les manifestations le long de la frontière orientale avec Israël se sont intensifiées ces dernières semaines alors que les conversations indirectes entre le Hamas et Israël pour mettre fin au blocus ont freiné et que les dirigeants du Hamas ont juré de briser le siège par tout moyen nécessaire.

Deux Palestiniens ont été tués lundi soir dans une attaque aérienne israélienne au sud de la Bande de Gaza occupée.

Le ministère de la Santé de Gaza a identifié les hommes abattus comme étant Naji Jamil Abu Assi, 18 ans, et Alaa Ziyad Abu Assi, 21 ans.

L’armée israélienne a prétendu que ces hommes faisaient partie d’un groupe de Palestiniens qui s’étaient approchés de la barrière frontalière Gaza-Israël et avaient placé tout près un objet suspect.

Les forces d’occupation israéliennes agissent dans les zones frontalières à Gaza selon une politique apparente de tirer-pour-tuer. La largeur exacte de cette zone n’est pas déterminée, mais est généralement définie comme se trouvant dans les 300 mètres de la frontière Gaza-Israël.

Les forces israéliennes ont tué près de 200 Palestiniens à Gaza jusqu’ici cette année, dont approximativement 135 tués par balle pendant les manifestations de la Grande Marche du Retour le long de la frontière orientale depuis le 30 mars.

Près de 30 enfants palestiniens ont été tués par les soldats israéliens au cours de ces manifestations.

Samedi, le jeune Suhaib Abu Kashif, 16 ans, a succombé aux blessures dont il souffrait depuis le 3 août provoquée par une balle réelle qui a sectionné sa moelle épinière, le paralysant au point de ne plus pouvoir respirer de manière autonome », selon Défense des Enfants International Palestine.

Deux Palestiniens ont été tués par les forces israéliennes pendant les manifestations de vendredi dernier et un enfant de 12 ans est mort après avoir été frappé à la tête par un objet dur. Les circonstances de sa blessure ne sont toujours pas claires.

Une école de l’UNRWA frappée par un obus israélien

Vendredi également, un obus d’artillerie tiré par les forces israéliennes a frappé une école gérée par l’UNRWA, agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens, à l’est de Khan Younis.

Le porte-parole de l’UNRWA Chris Gunness a dit à The Electronic Intifada qu’  « une enquête préliminaire suggère qu’un obus anti-char de 120mm a contourné une structure adjacente pour entrer dans une école élémentaire de l’UNRWA ».

Une munition non explosée retrouvée dans l’école a été évacuée mardi matin par le Groupe de Lutte anti-Mines de l’ONU.

Aucun enfant n’était présent au moment de l’incident, comme c’est le cas le soir et le vendredi, jour de week-end à Gaza, mais cela a obligé à la suspension des cours.

« Nous sommes très inquiets devant cet incident qui aurait pu mettre des centaines d’enfants en danger s’il était survenu pendant un jour d’école », a déclaré Gunness. « Nous appelons toutes les parties à respecter leurs obligations selon le droit international, y compris le respect total de l’inviolabilité des locaux de l’ONU »

Financement d’urgence pour Gaza

Lundi, le Bureau de l’ONU pour la Coordination des Affaires Humanitaires a annoncé l’ouverture d’un don d’un million de dollars pour procurer le fuel d’urgence nécessaire pour éviter l’effondrement des hôpitaux de Gaza et des équipements d’eau et d’assainissement et pour assurer leur fonctionnement pour un mois et demi supplémentaire.

« Malheureusement, cela arrive en l’absence d’action des autorités compétentes qui ont la responsabilité du bien-être des citoyens de Gaza, ou du soutien d’un donateur prévisible », a déclaré le coordinateur humanitaire de l’ONU Jamie McGoldrick.

Son bureau a dit qu’au moins deux millions de dollars supplémentaires étaient nécessaires pour assurer le fonctionnement continu des services de survie pour le reste de l’année.

« L’eau et les installations d’assainissement de Gaza ont un niveau de fuel d’urgence proche de zéro, tandis que les hôpitaux publics ont actuellement à peine assez de fuel pour maintenir les services essentiels pendant quelques semaines encore, en moyenne, quelques installations courant encore de plus grands risques », a déclaré OCHA.

Les eaux usées se déversent dans les rues près d’une station de pompage proche de la ville de Gaza.

Le rationnement du fuel signifie que la collecte des ordures ne se fait qu’une fois tous les cinq ou sept jours, « laissant 40.000 à 50.000 tonnes d’immondices s’accumuler dans les rues, provoquant des risques de santé publique», selon OCHA.

Les deux millions de résidents de Gaza subissent des coupures de courant jusqu’à 20 heures par jour après plus d’une décennie de siège, de multiples attaques militaires israéliennes et une impasse qui s’éternise entre les gouvernements palestiniens à Gaza et en Cisjordanie.

Le financement humanitaire pour la Cisjordanie et Gaza est demeuré dangereusement bas alors que les promesses des pays donateurs ont baissé d’année en année, tandis qu’à Washington, l’administration Trump a amputé de 500 millions de dollars l’aide aux Palestiniens.

Traduction : J. Ch. pour l’Agence Média Palestine
Source : The Electronic Intifada