image_pdfimage_print

Les choses changent tout le temps à Hébron. Les colons et l’État d’Israël essaient constamment de faire croître le vol de la terre. Les soldats mettent en vigueur à Hébron le régime d’apartheid avec violence et racisme. Nous savons que cela vous importe et que vous voulez savoir ce qui se passe à Hébron et comment les familles palestiniennes qui y vivent font face. Aussi, à partir de maintenant, le Fonds pour la Liberté d’Hébron enverra des lettres mensuelles, et parfois plus fréquentes. Voici la première :

 

Le Fonds pour la Liberté d’Hébron qui oeuvre pour la Paix et la Justice

Nouvelles d’Hébron : 1 au 10 juin 2018

1er juin

Le véhicule d’une patrouille militaire a renversé un adolescent d’Hébron, Muhammad al-Zaru, près de la Mosquée d’ Abraham, dans la Vieille Ville d’Hébron.

2 juin

Des soldats israéliens ont visé et tué un ouvrier du bâtiment palestinien, Rami Wahid Sabarneh. Marié et père de 4 enfants, cet homme de 37 ans était de Beit Ummar dans la zone d’Hébron. L’armée a prétendu qu’il tentait de conduire un attentat à la voiture, affirmation que les témoins ont véhémentement dénoncée. Les soldats israéliens ont empêché une ambulance d’arriver jusqu’à Sabarneh pour lui fournir des soins médicaux.

4 juin

Dans la matinée, les Forces d’Occupation israéliennes ont arrêté chez elle Suzan Al-Oweiwi, 39 ans, conseillère municipale d’Hébron.

Dans l’après-midi, des colons israéliens sont entrés et ont essayé d’occuper une maison palestinienne dans la vieille ville d’Hébron. Heureusement, quelques heures plus tard, ils quittaient la maison.

Dans la soirée, l’armée israélienne a déclaré qu’elle recherchait un Palestinien « qui semblait suspect » dans les environs de Tel Rumeida, tirant quatre séries de balles réelles et deux rafales dans les airs, dont l’une a fait démarrer un incendie. Pendant leur recherche, ils ont déclaré la région zone militaire fermée, empêchant les résidents des quartiers adjacents d’y entrer.

Les soldats ont arrêté Ashrf Said, 45 ans, et son jeune fils alors qu’ils allaient prier pendant le mois sacré du Ramadan. Après qu’ils aient été relâchés et autorisés à poursuivre leur chemin, un autre soldat a menacé Said avec son M16.

A leur retour, le père et le fils ont à nouveau été stoppés. Les soldats ont violemment fouillé Said à corps. Quand nos observateurs bénévoles des droits de l’Homme ont essayé de leur faire la traduction, on les a menacés eux aussi. Regardez la vidéo tournée par Les Jeunes Contre les Colonies.

7 juin

Tôt le matin, l’armée israélienne a fermé à double tour les portes d’entrée de la maison de Sami Zahda, au début de la section de la rue Shuhada à laquelle les Palestiniens peuvent encore accéder. A l’intérieur, il y avait Sami, sa femme et leurs garçons de 3 et 4 ans. Le propriétaire du bâtiment a essayé d’en appeler aux soldats, expliquant que la seule autre issue était trop dangereuse. Grâce à la pression exercée par la communauté locale et les associations des droits de l’Homme, à 4 H. du matin, les soldats ont finalement descellé la porte d’entrée. Pourtant, dans la soirée, un large groupe d’enfants de colons, encouragés par la population adulte des colons, s’était rassemblé sur la terrasse de la maison, harcelant la famille et le reste de la population palestinienne. Plutôt que d’assurer la sécurité de tous, les soldats ont facilité les activités violentes des enfants et déclaré tout le terrain zone militaire fermée.

Fermer à double tour les portes d’entrée des Palestiniens à Hébron fait partie d’une plus large stratégie de bouclage et de réinstallation forcée vieille de 25 ans afin de détruire l’identité palestinienne d’Hébron.

10 juin

Aux premières heures du matin, l’armée israélienne a une nouvelle fois fermé à double tour les portes de la maison de la famille Zahda, malgré les protestations des familles palestiniennes voisines et l’illégalité de ces actions selon le droit international et même le droit israélien.

11 juin

Les soldats israéliens ont jeté de grosses pierres et une bouteille de jus sur le centre de la Jeunesse

Contre les Colonies à Tel Rumeida. Les actions des soldats ont fait suite au rassemblement au centre pour Iftar, la rupture du jeûne.

Haussant d’un cran son harcèlement, l’armée israélienne a arrêté le porte-parole des Jeunes Contre les Colonies, Mohammad Zoghayer, sur son chemin vers le centre, prétendant qu’il paraissait  « suspect ». Heureusement, il a été relâché le lendemain.

…………………………………………………………………. 

Eid Mubarak (bonne fête de l’Aïd) à tous

Nous souhaitons à tous nos amis musulmans de bonnes fêtes de l’Aïd al Fitr.

La fête de l’Aïd célèbre la fin du mois sacré du Ramadan et le début de la nouvelle année. Pendant le Ramadan, on jeûne du lever au coucher du soleil pour renouveler sa vie spirituelle. Quand l’Aïd approche, les rues commerçantes de la vieille ville d’Hébron se remplissent d’une vie inhabituelle (tout au long du reste de l’année, l’impact dévastateur de l’occupation a transformé la vieille ville en ville fantôme).

Les familles préparent la fête en achetant des vêtements neufs et en remplissant leurs réserves pour célébrer l’Aïd al Fitr. Une halte favorite se fait aux sucreries al Sahel al Akhdar, où on prépare depuis 25 ans les festins du Ramadan, comme ces Suhoney pistachio borma. Nous vous encourageons à venir à Hébron où vous pourrez profiter vous même de ces douceurs.

Nous vous remercions pour votre solidarité avec la communauté palestinienne d’Hébron. Si le coeur vous en dit, faîtes s’il vous plaît un don maintenant pour nous aider à poursuivre notre tâche, par exemple cette lettre. Notre mission est de soutenir les familles palestiniennes d’Hébron qui subissent certaines des circonstances les plus difficiles de l’occupation.

Bonnes fêtes de l’Aïd al Fitr depuis Hébron,

Tous les membres du Fonds pour la Liberté d’Hébron

DONNEZ

The Hebron Freedom Fund
Traduction : J. Ch. pour l’Agence Média Palestine