Peut-on empêcher Israël de gagner l’Eurovision ?

Ali Abunimah –  8 mai 2018

La concurrente israélienne de l’Eurovision, Netta Barzilai,
dans son uniforme militaire (via Facebook)

« Netanyahu et ses ministres et généraux n’aimeraient rien de mieux que Netta Barzilai gagne le concours de l’Eurovision », selon des militants israéliens qui soutiennent le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) pour les droits des Palestiniens.

Et ce prix est à portée de main avec une candidate israélienne grande favorite pour enlever la première place.

Ce serait certainement un bon point pour la campagne Brand Israel (la Marque Israël), qui vise à utiliser le sport, la culture et la technologie pour redorer l’image d’Israël et blanchir ses crimes contre les Palestiniens.

Et cela signifierait que le concours de l’année prochaine serait organisé en Israël avec une audience télévisée qui pourrait dépasser les 200 millions de téléspectateurs.

Israël y participe parce qu’il est membre de l’Union européenne de radio-télévision, qui parraine le concours.

Le Concours Eurovision de la chanson 2018 commence ce mardi à Lisbonne, pour se poursuivre jeudi et culminer samedi dans la grande finale.

Les téléspectateurs auront à voter pour les demi-finales et la finale.

Le groupe militant Boycott de l’intérieur demande instamment aux téléspectateurs d’agir contre l’utilisation de ce concours par Israël pour faire avancer sa propagande, le groupe appelant sa campagne « Zéro points pour Israël ».

« Si vous vivez dans l’un des pays participants, veillez bien à participer au vote et à donner à l’apartheid israélien ZERO POINTS – et demandez à vos amis, et à votre famille, et à toutes celles et ceux que vous connaissez, de faire de même », exhorte Boycott de l’intérieur. « Si la chanson israélienne est déjà éliminée en demi-finale, tant mieux, rien de plus ne devra être fait ».

Le groupe note que la candidate israélienne, Netta Barzila, « participera à la représentation de l’État israélien, et à ce titre, elle entre dans les efforts qui visent à ‘donner une autre image’ d’Israël au niveau international ».

Ils font savoir que Barzilai « a servi dans la marine israélienne en 2014 » et « qu’elle a chanté ‘Mon marin est mon ange’ pour les membres de la marine, ceux qui prirent part, plus tard dans cette même année, aux massacres à Gaza dans l’Opération Bordure protectrice ».

Parmi les victimes de ces massacres, il y a les quatre garçons Baker qui ont été tués par des obus tirés par la marine israélienne alors qu’ils jouaient sur une plage de la ville de Gaza.

La marine d’Israël continue d’imposer le blocus maritime de Gaza, souvent en attaquant, blessant et tuant des pêcheurs de Gaza.

« La chanson d’Israël pour l’Eurovision, intitulée ‘Toy’, qui traite de l’autonomisation des femmes et de la justice sociale, n’aborde pas les massacres commis par la marine israélienne à Gaza », déclare Boycott de l’intérieur.  « Elle ne cherche pas davantage à rendre tous leurs droits aux femmes de Gaza qui est une prison à ciel ouvert ».

Alors que les militants espèrent une réponse forte, la chanson israélienne a reçu beaucoup de soutiens et de publicité – et l’ambassade de l’Union européenne à Tel Aviv a été un stimulant enthousiaste.

« La chanson israélienne est largement promue sur le net, dans une campagne de propagande massive très généreusement financée par le gouvernement israélien », affirme Boycott de l’intérieur.

Mais la campagne du groupe cause des soucis aux médias israéliens.

« Le système de notation de l’Eurovision est basé sur un nombre égal de points attribués par les juges et les téléspectateurs du concours » rapporte Ynet. « Les efforts de la campagne BDS pourraient donc s’avérer efficaces pour handicaper de façon significative les chances de victoire des Israéliens – voire les empêcher de se qualifier pour la finale ».

Source : The Electronic Intifada
Traduction : JPP pour l’Agence Média Palestine