image_pdfimage_print

17 avril 2018

 

Le 17 avril, à l’occasion de la « Journée des prisonniers palestiniens », la Société des prisonniers palestiniens a rendu publique une déclaration indiquant qu’Israël retenait captifs 6500 détenus, y compris 1928 qui ont été enlevés depuis le début de l’année.

Dans son rapport, la Société dit qu’Israël retient captifs 6500 Palestiniens, dont 350 enfants, 62 femmes et six législateurs démocratiquement élus. Parmi les femmes emprisonnées se trouvent 21 mères de famille et huit enfants.

Elle ajoute que 48 des détenus palestiniens sont emprisonnés depuis plus de 20 ans, 25 depuis plus de 25 ans et 12 depuis plus de 30 ans.

29 d’entre eux ont été enlevés et emprisonnés avant le premier « Accord d’Oslo » et devaient être relâchés en 2014, en tant que partie des « efforts pour reprendre les pourparlers de paix », mais Israël a refusé de les libérer.

En 2013, Israël a accepté de relâcher en quatre groupes 104 Palestiniens prisonniers de longue date, qui avaient été mis en prison avant les Accords d’Oslo de 1993. Ces libérations faisaient partie du plan de reprise des négociations de paix, les pourparlers ayant été arrêtés pendant plus de deux ans.

Les Palestiniens détenus le plus longtemps sont Karim Younis et Maher Younis, qui ont été faits prisonniers il y a 35 ans, ainsi que Na’el Barghouthi, qui est resté 34 ans en prison avant d’être libéré grâce à l’« Accord d’échange de prisonniers de [Gilad] Shalit », mais a été arrêté à nouveau par l’armée en 2014 ; une cour israélienne a rétabli sa sentence originelle de 18 peines de prison à vie.

De plus, Israël retient captifs près de 500 Palestiniens, y compris trois femmes et deux enfants, sous des arrêtés arbitraires de détention administrative, sans charges ni procès.

700 des détenus souffrent de maladies sérieuses et de problèmes de santé, parmi lesquels 26 souffrent de divers types de cancer.

La Société précise que 215 détenus sont morts en captivité, dont 75 tués par les soldats qui les ont arrêtés, 72 sont morts sous la torture, 31 pour ne pas avoir reçu de traitement médical pour diverses maladies, et sept ont été assassinés en prison.

Source : IMEMC

Traduction : PPS pour l’Agence Média Palestine