image_pdfimage_print

Andrew Mitrovica – Al Jazeera – 1er avril 2018

Israël a transformé Gaza en Soweto – tandis qu’Israël est devenu l’Afrique du Sud – des années 1976.

La colère dans et en dehors de Soweto était juste et justifiée. La colère dans et en dehors de Gaza est juste et justifiée, elle aussi, écrit Mitrovica (Khalil Hamra/AP)

Je suis en colère.

L’une des conventions de l’écriture d’une rubrique est que vous n’êtes pas censé écrire la « colère ». Des auteurs plus polis, plus aimables, qui écrivent des rubriques polies, aimables, écartent souvent les rubriques « colériques » comme étant des « imprécations ».

Alors, juste un avertissement aux chroniqueurs polis, aimables et à leurs lecteurs serviles : il vaut mieux que vous arrêtiez là la lecture de cette rubrique car vous êtes sur le point de digérer ce qui peut constituer, étant donné vos sensibilités toujours si fragiles, une « imprécation ».

Mais, écoutez bien ceci : cette rubrique n’est pas une « imprécation ». Elle est la vérité. Et, comme moi, d’innombrables personnes, en d’innombrables endroits, ne pourront plus être polis ou aimables pour décrire – en utilisant un langage direct, simple, plutôt qu’une broderie diplomatique mêlée de jargon – la vérité sur la façon dont Israël a transformé Gaza en Soweto – tandis qu’Israël est devenu l’Afrique du Sud – des années 1976.

D’innombrables personnes, en d’innombrables endroits, se souviennent du jour où les policiers sud-africains – devenus les exécuteurs consentants au service d’un régime d’apartheid agonisant – ont abattu des vingtaines d’étudiants noirs non armés qui marchaient avec défi pour défendre leur liberté, leur dignité et leur terre, le 16 juin 1976.

D’innombrables personnes en d’innombrables lieux ont vu des soldats israéliens – devenus les exécuteurs consentants au service d’un autre régime d’apartheid condamné – abattre 17 Palestiniens non armés qui marchaient avec défi pour défendre leur liberté, leur dignité et leur terre, le 30 mars 2018.

Nous sommes en colère parce que des Palestiniens sont assassinés et mutilés, une fois encore, par les mêmes voyous en uniforme qui ont assassiné et mutilé des enfants, des femmes et des hommes palestiniens durant des générations, à Gaza, en Cisjordanie, et au Liban.

Gaza est Soweto revisité. La colère dans et en dehors de Soweto était juste et justifiée. La colère dans et en dehors de Gaza est juste et justifiée, elle aussi.

Pourquoi sommes-nous, en dehors de Gaza, nous qui sommes les témoins de ce qui est arrivé, une fois encore, aux Palestiniens assiégés, emprisonnés à l’intérieur de Gaza, autant en colère ?

Nous sommes en colère parce que des milliers de Palestiniens non armés qui marchaient ensemble, en paix et solidaires, sur ce qui leur reste de la terre palestinienne dans Gaza, ont été  abattus et mutilés par des voyous en uniforme.

Nous sommes en colère parce que des Palestiniens sont assassinés et mutilés, une fois encore, par les mêmes voyous en uniforme qui ont assassiné et mutilé des enfants, des femmes et des hommes palestiniens, en toute impunité, pendant des générations à Gaza, en Cisjordanie, et au Liban.

Nous sommes en colère de voir des enfants palestiniens abattus dans le dos par des voyous en uniforme – les mêmes voyous qui, avec une volée de missiles, ont démembré quatre garçons palestiniens qui jouaient au football sur une plage de Gaza il n’y a pas si longtemps.

Nous sommes en colère de voir ces voyous – perchés en haut de collines, derrière une clôture et planant dans le ciel – autorisés, encouragés, et applaudis, une fois encore, par d’autres voyous en costume bien coupé à assassiner et mutiler des milliers de Palestiniens non armés à Gaza, comme un après-midi de sport enivrant.

Nous sommes en colère parce que, au signal, les mêmes médias indolents régurgitent les mêmes mensonges sur la façon dont des Palestiniens non armés « sont morts » lors d’« affrontements » avec des voyous en uniforme entraînés pour tuer avec des armes à grande portée à une distance confortable.

Nous sommes en colère parce que, au signal, les mêmes médias serviles citant les mêmes responsables israéliens, régurgitent les mêmes mensonges que ces milliers de Palestiniens non armés ne sont tout simplement que des « boucliers humains » pour le Hamas et qu’au fond, ils ont recherché leur propre mort.

Nous sommes en colère parce que, au signal, les mêmes médias indolents trouvent et publient toujours cette image d’un jeune Palestinien lançant une pierre ou un pneu, afin de laisser entendre que ce sont les Palestiniens qui en portent la responsabilité ultime quand ils se font massacrer.

Nous sommes en colère parce des vedettes moralisatrices de pop et de rock, comme Radiohead et Nick Cave, font le choix d’ignorer les appels d’autres artistes à ne pas jouer pour un public qui, pour une grande part, défend, encourage et applaudit quand des voyous en uniforme tuent et mutilent des personnes non armées et démembrent quatre garçons qui jouent au ballon sur une plage.

Nous sommes en colère parce que, même devant la preuve irréfutable que des Palestiniens non armés ont été massacrés par des voyous en uniforme, les mêmes bureaucrates européens recyclent les mêmes lignes prévisibles sur la nécessité pour les « deux camps » de renoncer à la « violence ».

Nous sommes en colère parce que les voyous en costume qui ont donné l’ordre aux voyous en uniforme de tirer et de mutiler des milliers de Palestiniens à Gaza savent qu’ils ne seront jamais tenus pour responsables, une fois encore, par n’importe qui, n’importe où, n’importe quand, pour leurs crimes contre l’humanité.

Nous sommes en colère parce que le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, jubile une fois encore, comme un cacatoès aux plumes lissées, sur les cadavres des Palestiniens, sachant que nul dans la « communauté internationale », y compris dans les démocraties occidentales dites « libérales », ne fera quoi que ce soit pour l’arrêter ou arrêter les meurtres, car ils sont bien trop occupés à lui serrer la main pour des missions commerciales.

Nous sommes en colère parce que nous savons que les centristes et les néo-conservateurs considèrent tous les Palestiniens comme des « terroristes » et par conséquent jetables, ce sont les « libéraux » faussement vertueux qui parlent et écrivent sur l’ « inviolabilité » des droits de l’homme et du droit international qui sont les vrais et ignobles hypocrites.

Nous sommes en colère parce que des libéraux hypocrites qui se pavanent, comme l’exubérant Premier ministre du Canada Justin Trudeau qui insiste que le mouvement BDS est « inacceptable » et qu’ « il n’a pas sa place sur les campus canadiens », restent silencieux quand « nos amis » au Moyen-Orient font feu à volonté sur des Palestiniens non armés.

Nous sommes en colère parce que des libéraux hypocrites qui se pavanent, comme la toute aussi exubérante ministre des Affaires étrangères du Canada Chrystia Freeland ont publié une déclaration cinglante dénonçant un présumé empoisonnement au gaz neurotoxique par la Russie d’un ex-espion et de sa fille sur le sol anglais comme « un acte méprisable, abominable et imprudent (qui) représente une menace claire pour l’ordre international fondé sur des règles », mais, comme son patron, elle se tait quand des Palestiniens non armés sont assassinés sur le sol palestinien par « nos amis » au Moyen-Orient.

Nous sommes en colère parce que, de toute évidence, Trudeau et Freeland ont oublié les leçons instructives sur la façon dont le Canada a échoué, oui, échoué, à réagir à l’assassinat des innocents non armés à Soweto.

Le mythe qui prévaut est que le Canada a tenu tête à l’Afrique du Sud raciste. Pendant longtemps effectivement, il l’a fait. En effet, tout au long des années 1970, le père de Trudeau, le Premier ministre Pierre Trudeau, s’est opposé à la lutte de libération en Afrique du Sud qui était menée par Cuba.

C’est seulement après une pression soutenue de la coalition anti-apartheid composée d’Églises, de syndicats et d’exilés sud-africains – qui ont été diffamés par les médias comme « sympathisants terroristes » – que le Canada a commencé, tardivement en 1986, à se positionner contre le racisme et le « terrorisme » approuvés par l’État d’Afrique du Sud.

Aujourd’hui, comme hier, le Canada reste muet et impassible alors que des innocents sont assassinés à Gaza.

Les Canadiens qui sont en colère en raison du silence complice du Canada seront, sans nul doute, diffamés comme « sympathisants terroristes », et « antisémites ».

Ne pas s’inquiéter. Comme les Palestiniens le savent, le temps, l’histoire et l’arc lent, inévitable de la justice, sont de notre côté.

1

Andrex Mitrovica est un journaliste d’investigation primé et professeur de journalisme.

Traduction : JPP pour l’Agence Média Palestine

Source: Al Jazeera