image_pdfimage_print

30 mars 2018 – Centre de Presse International pour le Moyen Orient (IMEMC)

 Des Palestiniens chrétiens qui vivent dans la bande Gaza sont interdits d’accès à Jérusalem par Israël pendant la Semaine Sainte et le weekend de Pâques.

La prière à l’Église du Saint Sépulcre, dans la Vieille Ville de Jérusalem, tenu pour être le lieu le plus sacré de la chrétienté, revêt une signification particulière pendant la période de Pâques.

À Pâques, des pèlerins chrétiens du monde entier se rendent à l’église du Saint Sépulcre. Or, des dirigeants religieux se sont plaints que des Palestiniens chrétiens de Gaza attendent toujours de recevoir d’Israël des permis de se déplacer.

Christianity Today (La Chrétienté aujourd’hui) rapporte que le Patriarcat Latin de Jérusalem a dit que les autorités ecclésiastiques ont présenté environ 600 demandes de permis de se déplacer pour des fidèles de Gaza, mais n’en ont obtenu aucun.

Dans de précédentes occasions, Israël a donné des permis à des Chrétiens de Gaza âgés de plus de 55 ans, mais même cela ne semble pas être le cas cette année. Le rapport soulève d’autres problèmes sur la sévérité du siège imposé à Gaza par Israël et qui entre maintenant dans sa onzième année.

Des dirigeants religieux  ont dénoncé le système des permis appliqué par Israël qui empêche les Palestiniens de se déplacer librement. Le père Ibrahim Shomali, Chancelier du Patriarcat Latin de Jérusalem a dit qu’il ne devrait pas être exigé des fidèles qu’ils obtiennent des permis d’Israël.

« Nous devons avoir libre accès  à la Terre Sainte, libre accès à nos sites sacrés » a-t-il insisté. « Nous faisons bien sûr la demande, mais en réalité, il ne devrait pas y avoir à demander de permis pour avoir accès à nos propres sites ».

Selon Days of Palestine (Jours de Palestine), on considère que les dirigeants religieux craignent davantage de restrictions cette année qu’ordinairement, Pâques tombant le même weekend que le début de la fête juive de Pessah.

Certains craignent aussi qu’Israël ait été enhardi par la récente et unilatérale décision de Donal Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale de l’État.

« (Israël) fermera tous les checkpoints, et ce sera plus strict que tout autre année à cause de la proclamation de Trump et des effets que nous en avons subis et que nous en subirons » a expliqué Shomali.

Dans la même veine, Youssef Daher, du Centre inter églises de Jérusalem, a dit qu’il pourrait y avoir d’autres pressions israéliennes sur les autorités chrétiennes « parce qu’ils pensent qu’ils ont les mains libres ».

Tandis que les Chrétiens de Gaza disent qu’ils ne perdront pas espoir, il n’est pas certain que des permis soient délivrés à temps. Des critiques verront cela comme un exemple de plus de la forte pression exercée sur les Chrétiens vivant sous occupation israélienne. En février, des dirigeants chrétiens de Jérusalem ont fermé l’église du Saint Sépulcre en signe de protestation contre la politique israélienne.

 Traduction : SF pour l’Agence Media Palestine

Source : Imemc.org