image_pdfimage_print

12 ans de blocus terrestre, aérien et naval de la bande de Gaza ont causé la mort de plus de 1 000 Palestiniens.

Des gens tiennent des pancartes lors d’un enterrement symbolique de victimes du blocus de Gaza Place Al-Saraya Square à Gaza City [Anadolu]

 

 

Le collectif d’organisations de solidarité de la bande de Gaza affirme que plus de 1 000 Palestiniens ont trouvé la mort à cause du blocus israélien de l’enclave côtière.

Le coordonnateur des organisations, Ahmad al-Kurd, précise aussi que cinq bébés prématurés nés ces jours-ci sont morts à cause du manque de traitement médical.

« Des mille et quelque victimes du blocus, 450 sont mortes du fait de l’effondrement de la situation sanitaire de Gaza, qui se traduit par le manque de fournitures médicales et la crise des transferts médicaux pour des traitements à l’extérieur »

Les Gazaouis sont toujours dans une situation désespérée à cause du blocus et de ses coupures d’eau et d’électricité, comme du manque de médicaments et de l’impossibilité pour les médecins de pratiquer des actes chirurgicaux.

Kurd  dit que le recours à de l’énergie alternative par les habitants de la bande de Gaza a causé la mort de 100 personnes depuis 2006.

« L’utilisation de bougies, de bois, de chauffage ou de générateurs a causé des incendies dans des maisons qui ont pris la vie d’enfants aussi bien que celles d’adultes » précise t-il.

De plus, le nombre de travailleurs tués dans les domaines de l’agriculture, de la pêche et des tunnels d’approvisionnement se monte à 350.

« Un crime odieux»

Un pêcheur a été tué dimanche par un tir de la marine israélienne sur son bateau. Deux autres pêcheurs ont été blessés.

Le porte-parole du syndicat des pêcheurs de Palestine  déclare que le bateau avait été visé alors qu’il rentrait au port de Gaza.

« Le pêcheur qui a été tué, Ismaël Abou Ali, avait 18 ans »  dit Nizar Ayyash, ajoutant que les deux autres ont été placés en garde à vue par les Israéliens.

Le pêcheur Ismaël Abou Riyaleh tué par l’occupation pendant son travail en mer à Gaza.

Selon le Centre Palestinien des Droits de l’Homme (PCHR), toutes les attaques israéliennes contre des pêcheurs palestiniens se sont passées dans la zone des six miles marins.

Le porte-parole du Hamas, Abdoulatif al-Qanoo’  ajoute : « Le meurtre d’un pêcheur palestinien par les forces de la marine israélienne est un crime odieux dont l’occupation israélienne porte la responsabilité ».

L’armée israélienne a déclaré que le bateau avait franchi la limite de la zone de pêche.

« La force navale a suivi les instructions d’arrestation des trois suspects à bord, avec sommation et tirs en l’air et sur le bateau » dit la déclaration. « En conséquence, un des pêcheurs a été gravement blessé et il est mort, par la suite, à l’hôpital ».

Selon les accords d’Oslo, les Palestiniens sont autorisés à pêcher jusqu’à 20 miles marins à partir de la côte, mais depuis des années Israël a réduit la zone à six miles marins.

On estime à 4 000 le nombre de pêcheurs de Gaza qui fournissent 50 000 personnes.

Zone de désastre

Kurd  a décrit la bande de Gaza, où vivent deux millions de Palestiniens, comme la plus grande prison du monde.

« Gaza est une zone de désastre sur tous les plans – santé, environnement, social, énergie » dit-il.

Des solutions doivent être trouvées à la crise de l’énergie électrique qui sévit de 18 à 20 heures par jour, a-t-il ajouté.

Le gouvernement palestinien « doit répondre aux besoins de la bande de Gaza en termes de fournitures médicales, d’aide sociale ; il doit payer les salaires des employés du gouvernement et exercer une pression pour ouvrir les postes frontaliers »  dit Kurd.

Traduction SF pour l’Agence Media Palestine

Source : Aljazeera