image_pdfimage_print

Par le PCHR, 22 février 2018

Aujourd’hui 22 février 2018 à l’aube, Yassin al-Saradih de Jéricho est mort quelques heures seulement après avoir été arrêté par les forces israéliennes. Le Centre Palestinien pour les Droits de l’Homme (PCHR) demande une enquête immédiate et impartiale sur les circonstances de sa mort. Le PCHR craint que les forces israéliennes aient exercé des actes de torture contre lui dès son arrestation et que cela ait été la cause de sa mort.

D’après l’enquête du PCHR et des témoignages, vers 4h30 jeudi 22 février 2018, les forces israéliennes sont entrées dans Jéricho. Elles ont fait une incursion dans une maison du centre ville appartenant à Khamis Hattab après avoir fracassé la porte d’entrée principale et endommagé une partie des biens. Son neveu, Yassin Omer al-Saradih (33 ans) s’est précipité vers la maison pour voir ce qu’il se passait. Mais aussitôt, plusieurs soldats l’ont sévèrement battu sur tout le corps puis ont tiré une bombe lacrymogène sur place. Ils l’ont alors traîné au sol jusqu’à un véhicule militaire et, plus tard, l’ont emmené vers une destination inconnue. A environ 9h30 le même jour, la famille a reçu un coup de téléphone de la Liaison Militaire Palestinienne leur disant que la Liaison Israélienne les avait informés de la mort de leur fils due à une crise d’apoplexie après l’inhalation de gaz. Une vidéo prise par une caméra de surveillance montrait 6 soldats israéliens attaquant le civil susdit et le frappant brutalement avec la crosse de leurs fusils et des coups de pied.

Sa famille a dit à l’enquêteur du PCHR que leur fils n’avait jamais souffert d’aucune maladie avant son arrestation. Il faudrait aussi mentionner que les autorités israéliennes détiennent le cadavre et ne l’ont pas jusqu’ici rendu à la famille ou aux autorités compétentes palestiniennes.

Le PCHR souligne le fait que, au cours de leur arrestation, les civils palestiniens sont l’objet de coups sévères, de torture physique et psychologique et de traitements inhumains et dégradants. C’est pourquoi le PCHR :

– Demande une enquête impartiale et immédiate sur les circonstances de la mort de al-Saradih au vu des soupçons que sa mort soit due aux coups qu’il a reçus,

– Demande au Comité International de la Croix Rouge (CICR) d’accroître l’efficacité de son suivi de la situation des prisonniers palestiniens et arabes dans les prisons israéliennes et de leurs conditions de détention, et

– Demande à la communauté internationale d’obliger Israël à respecter les règles du droit international et du droit humanitaire, particulièrement la Quatrième Convention de Genève, et de se conformer aux Règles Standard Minimales sur le Traitement des Prisonniers.

Traduction : J. Ch. pour l’Agence Média Palestine

Source : PCHR