image_pdfimage_print

28 décembre | Yaniv Kubovich, Haaretz

Des refuzniks israéliens protestent à Haïfa en 2014 – Photo: Rami shlosh

« L’armée poursuit la politique raciste du gouvernement qui viole les droits humains fondamentaux », écrivent 63 jeunes à Netanyahu et au chef militaire israélien Gadi Eisenkot.

Un groupe de 63 jeunes a publiquement déclaré qu’ils refuseront d’être enrôlés dans l’armée israélienne, a rapporté Yedioth Ahronoth jeudi matin.

« Nous avons décidé de ne pas participer à l’occupation et à l’oppression du peuple palestinien », ont-ils écrit dans une lettre au Premier Ministre Benjamin Netanyahu, au chef du personnel militaire Gadi Eisenkot et aux ministres de la défense et de l’éducation. « La situation ‘temporaire’ traîne depuis 50 ans, et nous ne voulons pas lui donner un coup de main. »

Les jeunes critiquent le gouvernement et l’armée dans leur lettre. « L’armée poursuit la politique raciste du gouvernement, qui viole les droits humains fondamentaux et met en oeuvre une législation pour les Israéliens et une autre pour les Palestiniens sur le même territoire », écrivent-ils.

Les étudiants protestent aussi contre « la provocation intentionnelle et institutionnelle contre les Palestiniens des deux côtés de la Ligne verte », se référant à la ligne de l’armistice de 1949 qui sépare Israël de la Cisjordanie, « et nous — des garçons et des filles en âge de faire leur service militaire, venant de différentes régions du pays et de différents milieux socio-économiques—refusons de croire à ce système de provocation et de participer au bras armé de l’oppression et de l’occupation du gouvernement. »

La lettre appelle les autres jeunes à remettre en cause leur enrôlement, ajoutant que les signataires ont l’intention de parcourir le pays afin de trouver de nouvelles recrues pour leur initiative.

« Nous refusons d’être enrôlés et de servir dans l’armée de par notre devoir envers les valeurs de la paix, de la justice et de l’égalité, sachant qu’il existe une autre réalité que nous pourrions créer ensemble », ont-ils écrit. « Nous appelons les filles de notre âge à se demander si le service militaire travaillera à atteindre cette réalité. » 

Les signataires incluent Matan Helman, 20 ans, du kibboutz Haogen, qui a été mis en prison à cause de son refus d’être enrôlé dans l’armée. Début décembre, le ministère de l’éducation et les forces de défense israéliennes ont annoncé qu’ils travaillaient sur un projet pour augmenter le nombre d’appelés recrutés pour le combat. Actuellement les taux de recrutement s’affaissent et le taux de décrochage dépasse les 7 000 soldats (hommes et femmes) chaque année.

Traduction: Catherine G. pour l’Agence Média Palestine

Source: Haaretz