image_pdfimage_print

Middle East Monitor – 27 novembre 2017

Les autorités de l’occupation israélienne ont arrêté 280 Palestiniens depuis le début du soulèvement al-Quds en octobre 2014 pour des messages ou des « likes » sur les médias sociaux, a déclaré dimanche le Comité des prisonniers et des prisonniers libérés palestiniens de l’OLP.

Selon Quds Press, le chef du département études et documentation du Comité a déclaré qu’Israël avait augmenté le nombre de détentions d’utilisateurs des médias sociaux, notamment des femmes et des enfants, qui avaient envoyé, commenté positivement ou aimé le contenu pro-palestinien des médias sociaux. Abdel-Naser Ferwaneh explique que la plupart de ces détenus sont de Jérusalem occupée. Alors que certains ont été inculpés et condamnés à des peines de prison ou à des amendes, d’autres ont été placés en détention administrative sans accusation ni procès.

Les tribunaux israéliens, souligne-t-il, interdisent à ceux qu’ils libèrent de détention, d’utiliser les médias sociaux pendant des périodes spécifiées par les tribunaux eux-mêmes. Le dirigeant palestinien ajoute qu’une telle détention pour avoir utilisé les médias sociaux « est arbitraire et viole les lois internationales et les conventions relatives aux droits de l’homme qui garantissent la liberté de parole et la liberté d’expression ».

Israël possède une unité spéciale chargée de surveiller l’utilisation des médias sociaux par les Palestiniens où ceux-ci expriment leur refus de l’occupation israélienne et de ses pratiques contre le peuple de Palestine.

Le Centre des prisonniers palestiniens relève que les autorités de l’occupation israélienne ont arrêté 5700 Palestiniens depuis le début de cette année, dont 1980 sont de Jérusalem occupée. Bien que des centaines aient été libérées après interrogatoire, des dizaines d’autres sont maintenus en détention.

Sur les 6400 prisonniers palestiniens détenus dans les prisons israéliennes, 52 sont des femmes et il y a 10 filles et 300 garçons. Alors que 11 des prisonniers sont des députés, il y a environ 450 prisonniers palestiniens détenus en vertu d’ordonnances de détention administrative.

Traduction : JPP pour l’Agence Média Palestine

Source: Middle East Monitor