image_pdfimage_print

Adalah – 22 novembre 2017

 

Le CEDAW recommande des mesures spéciales afin de renforcer l’emploi des femmes bédouines, il exprime ses inquiétudes devant l’urbanisation, les expulsions, et le déplacement forcé des Bédouins par Israël.

Le Comité des Nations-Unies pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes (CEDAW) a exprimé son inquiétude devant la discrimination systématique que pratique Israël à l’encontre des citoyennes arabes, dans les observations finales de son examen d’Israël publié hier, 21 novembre 2017.

Le CEDAW a recommandé la mise en œuvre de mesures spéciales afin de stimuler l’emploi des femmes bédouines en Israël,  il s’est également dit inquiet devant l’urbanisation, les expulsions et le déplacement forcé des communautés bédouines du désert du Naqab (Néguev) dans le sud du pays.

Les observations ont été publiées à la suite de l’examen par le CEDAW de la conformité d’Israël avec la Convention pour l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’encontre des femmes (CEDAW), le 31 octobre 2017. Israël a ratifié la Convention en 1991 et comme tous les autres États parties il est soumis régulièrement à un examen par le Comité.

Madame Soheir Assad, chercheuse juridique d’Adalah, participait à la session de l’examen à Genève et aux réunions d’informations des ONG avec les membres du Comité, dans le cadre d’une délégation de cinq personnes du Groupe de travail sur les Statuts des femmes palestiniennes citoyennes d’Israël. Les délégués ont fourni des renseignements sur la discrimination à laquelle sont confrontées les femmes palestiniennes citoyennes d’Israël dans tous les aspects de la vie. Une délégation de l’État représentait le gouvernement israélien devant le Comité.

 

 

Mme Soheir Assad (deuxième à partir de la gauche), chercheuse juridique d’Adalah, à la session d’examen du CEDAW à Genève. (photo Adalah)

 

Préalablement à l’examen, Adalah avait soumis un rapport au Comité; dans le même temps, il a contribué à des chapitres pour le rapport commun du Groupe de travail remis au Comité. Le Comité a repris de nombreuses inquiétudes soulevées par Adalah et le Groupe de travail dans nos rapports.

Les principales préoccupations et observations finales du Comité sont exposées ci-dessous. Le Comité s’est dit inquiet sur les points suivants :

  • La discrimination : « La discrimination systémique subie par les minorités nationales, notamment les femmes et les filles appartenant aux communautés arabes et bédouines ». Il recommande qu’Israël adopte une stratégie globale pour l’éliminer. (§ 10, 11)
  • L’interdiction du regroupement familial : « La loi de 2003 sur la citoyenneté et l’entrée en Israël (ordonnance temporaire), qui devait être temporaire mais continue d’être étendue, (qui) interdit l’octroi du statut de conjoints aux Israéliens palestiniens ou aux résidents permanents palestiniens en Israël ». Le Comité a appelé Israël « à faciliter le regroupement familial de tous les citoyens et résidents permanents de l’État partie. » (§ 40, 41)
  • L’emploi : sur « la participation limitée des femmes bédouines et ultra-orthodoxes dans le marché du travail », et une information que les femmes arabes israéliennes continuent de se heurter à des obstacles dans l’accès à l’emploi. Il a appelé Israël à « adopter des mesures concrètes, incluant l’usage de mesures spéciales temporaires, afin d’améliorer la participation des femmes bédouines et ultra-orthodoxes dans le marché du travail, et d’éliminer les obstacles auxquels se heurtent les femmes arabes israéliennes dans l’accès à l’emploi. » (§ 44,45)
  • Les femmes bédouines dans le Naqab (Néguev) : « Le plan pour le développement des localités bédouines (du Néguev, Résolution n° 2397) s’accompagne d’une urbanisation, d’expulsions et de déplacements, et que l’État partie continue les démolitions de maisons et d’écoles dans les communautés bédouines au point que les Bédouins sont contraints de déménager ». Le Comité recommande qu’Israël : « prenne des mesures spéciales concrètes afin d’améliorer les résultats dans l’éducation, l’emploi, la santé, et le logement, pour les femmes et les filles bédouines, notamment en veillant à ce que les plans d’actions pour leur autonomisation aient des indicateurs et des points de références précis, et que leur mise en œuvre fasse régulièrement l’objet de suivis et d’évaluations ». (§ 54, 55)
  • Les défenseurs des droits de l’homme et les ONG : Que « suite à l’adoption de la loi anti-boycott et de la loi Naqba en 2011, les défenseurs des droits de l’homme, notamment des femmes israéliennes et palestiniennes, ont été soumis à de sévères restrictions dans leurs activités, incluant des limites à leur financement ». Le Comité recommande que « l’État partie prenne des mesures spécifiques, notamment par le biais d’amendements juridiques, afin de créer un environnement propice dans lequel les défenseures israéliennes et palestiniennes des droits humains, et les organisations non-gouvernementales militant pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, puissent librement mener leurs activités sans restrictions excessives, y compris avec un financement par des sources étrangères ». (§ 38, 39)

CLIQUER ICI pour lire les observations finales du rapport de CEDAW sur Israël

Traduction : JPP pour l’Agence Média Palestine et l’AURDIP

Source : Adallah – The legal center for Arab minority rights in Israël