image_pdfimage_print

9 octobre 2017 / Middle East Monitor

Photo des forces israéliennes le 19 janvier 2015 à la frontière jordanienne (Flickr)

Le gouvernement israélien a affecté un financement de 7 millions NIS (environ 2 millions de dollars) pour aider à promouvoir les produits des colonies visés par un boycott international.

Au cours d’une visite des colonies dans la Vallée du Jourdain, partie de la Cisjordanie occupée, le ministre israélien Gilad Erdan a déclaré que son ministère des Affaires Stratégiques aiderait les fermiers à atteindre de nouveaux marchés en présentant leurs produits dans les foires et conventions commerciales mondiales.

« La Vallée du Jourdain fait partie de l’État d’Israël et le restera à jamais », a dit Erdan.

« Les fermiers y maintiennent un formidable modèle de coexistence, emploient des Palestiniens très bien payés, l’activité commune contribue au renforcement des relations et, s’il existe une chance pour la paix, c’est grâce aux colonies qui s’y trouvent et aux projets agricoles et économiques qui y sont maintenus en partenariat. »

Il a ajouté : « Malheureusement, les associations de boycott dans le monde visent justement ces endroits, ce qui fait du tort aux fermiers et aux perspectives de coexistence. »

Des rapports disent que le ministère a accordé cet argent comme faisant partie d’un projet commun avec le conseil régional colonial de la Vallée du Jourdain pour les deux prochaines années.

En plus de présenter des produits dans les foires commerciales, le gouvernement « financera des délégations de personnalités influentes dans cette zone afin qu’elles soient impressionnées par les produits et par la coopération locale entre Israéliens et Palestiniens dans le développement de la production agricole. »

Erdan a décrit les colonies de la Vallée du Jourdain comme étant la cible de campagnes de boycott, ainsi que d’initiatives telles que l’étiquetage correct des produits.

David Elhiani, à la tête du Conseil Régional de la Vallée du Jourdain et président du Forum Colonial de Lutte Contre le Boycott, a réagi positivement à l’initiative gouvernementale.

« Nos produits sont boycottés dans quelques pays d’Europe et d’Amérique et le tort fait aux fermiers est grand. Nous sommes heureux de ce changement de cap du gouvernement et de l’aide accordée par le ministre Erdan. »

Il a poursuivi : « Ensemble, nous avons élaboré un plan d’action général avec le ministère du Budget et nous voyons enfin arriver des mesures actives en faveur des fermiers et de ceux qui souffrent de l’étiquetage des produits, ce qui va enfin porter aide au combat et faire progresser l’agriculture en Judée et Samarie [la Cisjordanie]. »

Traduction J. Ch. pour l’Agence Média Palestine

Source : Middle East Monitor