image_pdfimage_print

Communiqué de presse de Raed Andoni (réalisateur) et Frédéric Corvez (distributeur, Urban distribution)

 

Paris, le 2 juin 2017

À l’occasion de la projection de son film ce soir au Luminor Hôtel de Ville pour l’ouverture du Festival Ciné Palestine 2017, Raed Antoni (réalisateur) et Frédéric Corvez (distributeur, Urban distribution) souhaitent attirer l’attention sur le problème de délai d’exploitation aujourd’hui imposé par Arte (2 ans après sa diffusion télé) allant à l’encontre de l’urgence du film :

« GHOST HUNTING est un film qui a vu le jour grâce à ses producteurs Les Films de Zayna, Dar Films et Akka Films, mais aussi grâce à ARTE et la RTS qui ont largement contribué à son financement.

GHOST HUNTING s’est distingué dès sa première mondiale à la BERLINALE en février 2017 en recevant le Prix du Meilleur documentaire,  et en se voyant décerner deux prix par le public allemand.

Dans tout le monde arabe, cette distinction est à l’origine d’un succès d’estime sans commune mesure pour un film documentaire. Le représentant de l’Autorité Palestinienne auprès des Nations Unis a notamment organisé en avril une projection au siège de l’ONU réunissant de nombreux ambassadeurs, et le film sera vraisemblablement présenté par la Palestine aux Oscars.

De plus Ghost Hunting est invité dans les festivals les plus prestigieux du monde entier. Il sortira sur de nombreux écrans, notamment en Suisse où il a le statut de long métrage cinématographique.

Film documentaire hybride, mêlant re-enactment et animation, GHOST HUNTING interpelle par sa forme autant que par son propos qui explore, dans le contexte des centres interrogatoires israéliens, la complexité des relations dominant-dominé.

Les débats qui accompagnent la programmation du film en festival sont riches de profondes remises en question du système carcéral auquel est soumis ¼ de la population palestinienne, mais aussi de la capacité individuelle à absorber ces traumatismes et de leurs répercussions socio-politiques.

Au delà de son seul sujet, GHOST HUNTING interroge profondément la place du cinéaste et explore de nouvelles possibilités d’écritures cinématographiques en utilisant de manière organique plusieurs types de matériaux filmiques. En cela, il est aussi un film sur le cinéma.

Nous souhaitons sortir le film sur les écrans français car nous pensons que c’est un endroit privilégié pour débattre, enrichir, confronter les opinions. Dans un contexte politique compliqué, tendu, GHOST HUNTING pose sur le conflit et l’agression des mots simples et des images brutes. Le film n’est pas un manifeste politique, il permet la résilience, la reconstruction après des traumatismes indiscutables.

Nous demandons à ARTE de bien vouloir autoriser cette exploitation dans les salles dans le respect de la chronologie des médias. Il ne s’agit pas de faire d’une exception une règle. Il s’agit de permettre à un objet cinématographique reconnu d’accéder à son lieu de diffusion naturel.

Nous demandons de pouvoir sortir le film sur les écrans de cinéma après sa diffusion sur la chaine, laquelle gardera la primauté de l’exposition. De cette manière, personne ne sera lésé et la France ne sera pas le seul pays au monde où l’exploitation au cinéma lui aura été refusée.