image_pdfimage_print

Par Imemc, le 18 avril  2017

L’Autorité pénitentiaire israélienne a isolé tous les détenus palestiniens grévistes de la faim, annulé toutes les visites des familles, et confisqué illégalement tout ce qu’ils possèdent y compris leurs vêtements, sauf ceux qu’ils portent sur eux.

Le responsable de la Société des prisonniers palestiniens (PPS), Qaddoura Fares, rapporte qu’Israël a officiellement informé la Croix-Rouge de l’annulation de toutes les visites aux détenus grévistes de la faim, en tant que « mesure disciplinaire ».

Fares ajoute que l’Autorité pénitentiaire a également transféré des dizaines de ces détenus de leurs prisons vers divers centres de détention, qu’elle en a placé de nombreux en cellule d’isolement, et qu’elle a isolé le reste des détenus en une section unique.

La Croix-Rouge internationale déclare avoir informé les familles de la décision d’Israël d’annuler toutes les visites jusqu’à nouvel ordre, de confisquer leurs vêtements et leurs biens, et de les isoler dans leurs cellules.

Elle ajoute qu’Israël a également installé une clinique de campagne dans le désert du Néguev pour y placer les détenus grévistes de la faim dont l’état de santé déclinerait, après avoir décidé de n’en mettre aucun dans des hôpitaux israéliens.

Dans les prisons où les détenus avaient accès à la télévision, les réceptions satellites des stations de télévision palestiniennes et arabes ont été bloquées.

En outre, le Comité des détenus palestiniens et la Société des prisonniers palestiniens font savoir que l’Autorité pénitentiaire dans la prison israélienne de Galboa a empêché leurs avocats de rencontrer les détenus grévistes de la faim.

Ils affirment également que les autorités israéliennes ont déclaré l’état d’urgence dans toutes les prisons depuis que la grève de la faim a commencé, lundi, au prétexte que les détenus « ne seront pas en mesure de marcher ou de se déplacer vers les parloirs et les sections ».

Le responsable du Comité des détenus palestiniens, Issa Qarage, indique que l’Autorité pénitentiaire israélienne « justifie » le refus de toutes visites, y compris celles des avocats, par la déclaration de ce qu’elle appelle « l’état d’urgence ».

De plus, les Israéliens ont déplacé au moins 35 détenus de la Section 11 vers la Section 13 dans la prison israélienne de Nafha, en plus d’avoir transféré ceux qu’elle considère comme « des meneurs de la grève » dans d’autres prisons, et imposé à beaucoup d’entre eux la cellule d’isolement.

Parmi eux se trouvent les dirigeants détenus, le député Marwan Barghouthi et Karim Younis, qui ont été transférés de leur cellule d’isolement à Hadarim vers une autre cellule d’isolement, à la prison d’al-Jalama.

 

Traduction : JPP pour l’Agence Média Palestine

Source : IMEMC