image_pdfimage_print

 

Par Maureen Clare Murphy -14 février 2017

Ala Balata, âgé de 18 ans, regarde des photos de membres de sa famille tués par une attaque israélienne dans le camp de réfugiés de Jabaliya, le 20 septembre 2014. Ala, le seul survivant de sa famille, a perdu ses parents et onze autres personnes de sa famille. Anne Paq

Anne Paq, une photo-journaliste française qui travaille en Palestine depuis plus de dix ans, a été récompensée par le premier prix d’un concours de photo international pour sa série documentaire sur des familles qui ont souffert de l’attaque israélienne de 2014 sur Gaza.

Intitulé « Familles anéanties » le projet multimédia présente 10 des plus de 140 familles qui ont perdu trois ou plus de membres durant les 51 jours de bombardement.

Paq était à Gaza pendant l’offensive, « photographiant attaque après attaque et des corps innombrables » a-t-elle dit à l’Electronic Intifada l’an dernier.

« Mais il est très difficile, dans cette situation, d’obtenir des récits des gens. Donc pour moi, il était important de revenir » dit-elle.

Des traces des gens

« J’ai eu cet élan pour interviewer, prendre des photos du site de l’attaque » a-t-elle ajouté. « Essayer de trouver des traces des gens, les vêtements, des photos de photos – ce qui est une part très importante du projet ».

Avec l’aide d’Al-Mezan, un groupe de défense des droits humains de Gaza, elle a rendu visite à 50 familles.

Les premières versions du projet « Familles anéanties » ont été publiées par  l’Electronic Intifada en janvier et juillet 2015.

Depuis, le projet s’est développé en un web documentaire exhaustif produit par Paq et Ala Qandil, dans lequel se sont aussi impliqués des dizaines d’autres professionnels des media et dont le kit de présentation est aussi disponible en téléchargement.

Le projet a pris la première place dans la catégorie documentaire du Photographe International de l’Année en 2016. Le prix a été décerné cette semaine.

Retour à Gaza

Paq, qui a dit à l’Electronic Intifada qu’elle était « honorée et très émue de recevoir cette récompense » est de retour à Gaza après deux ans d’absence, et elle travaille sur un documentaire entièrement « consacré au combat pour la justice de l’une des familles ».

« Depuis mon précédent séjour, peu de choses ont changé » a-t-elle ajouté. « En vérité, quelques maisons ont été reconstruites, mais les gens sont toujours cassés ».

Les années d’isolement dues aux dix ans de siège israélien et le traumatisme de la répétition d’offensives israéliennes, sans horizon d’amélioration, ont eu un impact profond sur les Palestiniens de Gaza.

«Nombre de mes amis sont partis et ceux qui restent sont en lutte » dit Paq. « Comment se reconstruire  quand on attend la prochaine bombe ? Comment faire le deuil de ceux qu’on aimait quand il n’y a pas de justice ? »

Paq espère que « Familles anéanties » contribuera à une meilleure compréhension de la situation à Gaza et combattra l’indifférence à son égard.

Après 10 ans de siège et un demi-siècle d’occupation militaire de la Cisjordanie et de la bande de Gaza, Paq a dit : « les Palestiniens ont besoin de beaucoup plus que de compréhension, ils ont besoin d’une vraie solidarité en actes ».

Paq et Qandil prévoient une tournée aux USA en avril. Les groupes intéressés à accueillir des présentations, des projections et des expositions peuvent les contacter à l’adresse suivante :

info@obliteratedfamilies.com.

Traduction SF pour l’Agence Media Palestine

Source: Electronic Intifada