image_pdfimage_print

En 2002, durant la seconde Intifada, Mohammad Bakri s’est rendu à Jénine afin de constater par lui‐même les dégâts résultants de la bataille sanglante qui s’était déroulée dans le camp de réfugiés de cette ville palestinienne.

Cette terrible expérience a amené l’acteur et cinéaste de renommée internationale, Palestinien citoyen d’Israël, bien connu pour son engagement pour la paix, à réaliser le film Jenin, Jenin, pour montrer les violents évènements survenus dans le camp tels qu’ils ont été vécus par ses habitant‐e‐s.

Quand Bakri a voulu montrer son film dans les salles en Israël, il a été confronté à de nombreuses attaques judiciaires et politiques très dures de la part de plusieurs organisations qui cherchaient à empêcher sa diffusion en Israël et dans le monde. Depuis lors, Bakri a été persécuté et empêché de travailler comme acteur de théâtre et de cinéma. Et cela malgré le fait que les plaintes judiciaires ont été déboutées et que la Cour suprême israélienne ait décidé qu’en raison de la liberté d’expression, et malgré les controverses qu’il avait suscité, la diffusion du film Jenin, Jenin ne devait pas être empêchée.

Plusieurs années après ces décisions de la Cour, un ancien soldat des unités de combat a déposé plainte contre Bakri pour diffamation et demandé une somme énorme en dédommagement dans la tentative de saper son droit à diffuser sa production artistique.

Nous, citoyen.ne.s du monde, amis, réalisateurs et artistes, sommes fortement interpellés par les attaques contre la création artistique qui exprime des points de vue d’opposition. Cette persécution a des implications graves pour la liberté d’expression et les droits fondamentaux en Israël. Nous soutenons le droit de Mohammad Bakri à raconter l’histoire des résidents du camp de Jénine à travers leurs propres yeux.

SIGNEZ LA PETITION SUR CE LIEN

(le texte de la pétition en français est en bas du lien)