1312 attaques signalées contre des pêcheurs depuis la fin du massacre de 2014 sur Gaza

11 août 2015 | Mouvement de Solidarité Internationale, Equipe de Gaza | Gaza, Palestine Occupée

081121-eva-gaza_1

Il y a deux jours, dans la nuit de dimanche à 3 H. du matin, les forces d’occupation ont kidnappé un pêcheur de 34 ans, Ismail Sharafi, et un autre de 22 ans, Mohamed Saidi, dans les eaux de la ville de Gaza.

D’après le témoignage des autres pêcheurs, environ 10 bateaux, qui travaillaient avec eux la nuit de l’attaque, l’un des deux pêcheurs a été blessé à balles réelles avant d’être kidnappé.

L’agression a eu lieu à 5 miles de la côte et leur bateau a lui aussi été transporté à Ashdod.

Deux semaines avant, le frère de Mohamed, Ahmed Sharafi, a été touché dans le dos à balles réelles alors qu’il travaillait avec son frère.

Depuis la fin du dernier massacre israélien contre Gaza, on a signalé 1312 attaques contre les pêcheurs.

Depuis lors, 22 bateaux ont été volés, 26 pêcheurs ont été blessés ; un pêcheurs Tawfiq Abu Riela, a été assassiné ; 18 bateaux ont été mis hors d’usage par des tirs ; 2 gros bateaux de pêche ont été coulés par des tirs de roquette, l’un à Deir El Balah à 300 m de la côte et l’autre à Gaza à 5 miles ; 51 pêcheurs ont été kidnappés pendant qu’ils travaillaient et 3 pêcheurs sont toujours prisonniers.

Ces faits, parmi d’autres pratiques des forces d’occupation, ont fait baisser la prise de poissons de 1.600 tonnes l’année précédant le massacre à 1.000 tonnes l’année suivante. Pendant la même période, le nombre de pêcheurs qui travaillent dans la Bande de Gaza a dégringolé de 3.000 à 1.000 et les pêcheurs qui continuent à travailler ont vu leur revenu mensuel décroître de 2.000 shekels à 100 shekels.

Cette dernière année, rien qu’à Beach Camp, 50 enfants de pêcheurs ont abandonné l’école pour travailler au transport de sacs de farine aux portes de l’UNRWA pour 1 shekel le sac.

Cela devient courant que les familles de pêcheurs doivent choisir entre leurs enfants et décider qui ira à, l’école et qui devra travailler afin de faire vivre la famille.

A l’heure actuelle, il y a 900 enfants de pêcheurs dans la ville de Gaza, et 1.700 dans la Bande, qui devraient démarrer l’année scolaire dans 20 jours et dont les parents n’ont pas les moyens de leur acheter le matériel scolaire.

Traduction : J. Ch. pour l’Agence Média Palestine

Source: PalSolidarity