image_pdfimage_print

anne.hidalgo@paris.fr, Maire de Paris
bruno.julliard@paris.fr, 1er adjoint à la maire de Paris, chargé de la Culture
remi.feraud@paris.fr, Président du groupe PS au Conseil de Paris
nathalie.kosciusko-morizet@paris.fr, Présidente du groupe « Les Républicains »
david.belliard@paris.fr, co-président du groupe EELV
anne.souyris@paris.fr, co-présidente du groupe EELV
eric.aziere@paris.fr, Président des élus UDI-Modem
nicolas.bonnet-oulaldj@paris.fr, Président du groupe communiste – Front de gauche
jean-bernard.bros@paris.fr, Président du groupe radical de gauche, centre et indépendants

Mesdames et Messieurs les élu(e)s de la mairie de Paris,

Nous avons appris avec consternation l’invitation faite par votre mairie à la ville de Tel-Aviv pour l’associer à Paris-plage le 13 août prochain.

Vous n’êtes pas sans connaitre ce que l’Etat d’Israël, dont Tel-Aviv est la capitale, a fait subir au peuple palestinien depuis bientôt 70 ans : expulsions et exil (plus de 6 millions de réfugiés et exilés, dont le droit au retour voté par l’ONU lors de la création de l’Etat d’Israël n’a toujours pas été appliqué), occupation et colonisation (depuis 1967, plus de 600.000 colons en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, dont le nombre ne cesse de croître alors que moins de 10 % du territoire de la Palestine historique reste sous administration théorique des Palestiniens), blocus inhumain depuis plus de 8 ans sur les 1.8 millions de Gazaouis et massacres répétés depuis 2008, discriminations fortes à l’encontre des 1.5 millions de Palestiniens citoyens de seconde zone en Israël, emprisonnement arbitraire de milliers de Palestiniens et de nombre de leurs élus pour les empêcher de résister, etc.

L’actualité récente, avec les massacres à Gaza en 2014 (plus de 2.200 personnes tuées dont plus de 500 enfants) et le maintien du blocus, la poursuite de la politique gouvernementale de colonisation, les exactions des colons contre les Palestiniens (dont l’attentat contre une famille brûlée vive, il y a quelques jours), les assassinats par les forces israéliennes de jeunes Palestiniens qui protestent, contraste avec la communication doucereuse (voire indécente pour paraphraser Danielle Simonnet, élue courageuse de Paris) sur l’opération Tel-Aviv sur Seine dans le cadre du Paris-plage de la mairie de Paris.

Une telle opération pourrait être ressentie comme une provocation par les nombreux citoyens de région parisienne, de France et au-delà, qui sont solidaires des Palestiniens et qui vivent très mal l’impunité d’Israël et l’inaction, voire la complicité, de la communauté internationale et d’une partie de ses dirigeants les plus influents. C’est ce contexte d’impunité et d’injustice qui a entrainé 172 organisations de la société civile palestinienne à lancer en 2005 au niveau international le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) contre l’apartheid israélien, comme cela avait été fait pour l’Afrique du Sud au siècle dernier. Il s’agit d’obtenir de manière non-violente qu’Israël applique enfin le droit international et respecte les droits de l’Homme (fin de l’occupation et de la colonisation, fin des discriminations, application du droit au retour des réfugiés). Le mouvement BDS progresse régulièrement, y compris en France, malgré les tentatives de le criminaliser en l’assimilant à de l’antisémitisme alors qu’il est fondamentalement antiraciste.

Pour toutes ces raisons, nous vous demandons, Mesdames et Messieurs, de déprogrammer l’opération Tel-Aviv sur Seine.

Avec nos salutations citoyennes, le 09 août 2015,

Le Conseil d’Administration du groupe AFPS de Clermont-Ferrand, membre de la campagne BDS France (AFPS 63, 88 rue de l’Oradou, 63000 Clermont-Ferrand, afps.pdd@gmail.com )