image_pdfimage_print

Ali Abunimah, lundi 9 mars 2015

7595672296_4f136ea9a4_o

Avigdor Lieberman, vu avec Hilary Clinton alors Secrétaire d’État US en 2012, bat le rappel des électeurs pour les élections israéliennes de ce mois-ci en appelant à la décapitation des Palestiniens.
(Ambassade américaine à Tel Aviv)

Le Ministre israélien Avigdor Lieberman a conduit sa campagne d’incitation à la violence contre les Palestiniens vers de nouvelles extrémités avec un appel pour que ceux qui seraient déloyaux envers Israël aient la tête tranchée.

Il a également renouvelé ses anciennes exigences d’expulsion des citoyens palestiniens d’Israël.

« Quiconque est avec nous devrait tout obtenir – jusqu’à la moitié du royaume. Quiconque est contre nous, il n’y a rien à faire – nous devrions brandir une hache et lui trancher la tête ; sinon nous ne survivrons pas ici », a dit Lieberman lors d’une réunion électorale dimanche, faisant référence aux citoyens palestiniens d’Israël.

Selon le site web israélien d’information Mako, Lieberman a fait ces commentaires dans une interview avec le journaliste Udi Segal pendant la conférence « Démocratie Electorale en 2015 » à IDC Herzliya, collège israélien.

Il y a environ 1.500.000 Palestiniens, survivants et descendants de ceux qui ont échappé en 1948 à l’expulsion de l’Israël d’aujourd’hui, qui sont sur le papier citoyens d’Israël. Les Palestiniens commémorent ce nettoyage ethnique, qu’ils appellent la Nakba (« catastrophe » en Arabe), tous les ans le 15 mai.

Alors qu’un vote les attend aux prochaines élections en Israël, les citoyens palestiniens d’Israël affrontent une discrimination sociale et juridique implacable ainsi qu’une incitation à la violence et des appels à leur expulsion.

Lieberman veut un nettoyage ethnique

« Il n’y a pas de raisons pour que Umm al-Fahm fasse partie de l’État d’Israël », a dit Lieberman en parlant d’un grande ville au nord de l’actuel Israël majoritairement peuplée de Palestiniens. « Des citoyens de l’État d’Israël qui font flotter un drapeau noir pour la Journée de la Nakba – en ce qui me concerne, je veux les voir partir, et j’en ferai cadeau à Abu Mazen avec grand plaisir. »

La référence de Lieberman au fait « d’offrir » les citoyens palestiniens d’Israël à « Abu Mazen » – le président de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas – équivaut à un appel renouvelé au nettoyage ethnique.

Le ministre israélien des Affaires Etrangères, qui est à la tête du parti extrémiste anti-palestinien Yisrael Beitenu, a une longue histoire d’incitation à la violence. Dans un post récent sur Facebook, Lieberman a appelé à l’exécution des prisonniers palestiniens détenus par Israël.

D’après les sondages, le parti de Lieberman devrait perdre des sièges à la prochaine élection législative du 17 mars. Ses commentaires sont peut-être un effort pour galvaniser le vote israélien anti-arabe qui a dérivé vers d’autres partis ouvertement génocidaires tels que le parti de Naftali Bennett, Habayit Hayehudi (la Maison Juive).

Il n’y a pas que les politiciens israéliens de droite qui fassent appel aux électeurs avec des incitations à la violence contre les Palestiniens ; la prétendue gauche israélienne le fait tout autant. Dans un tract électoral récent, Yitzhak Herzog, chef du Parti Travailliste israélien présumé colombe, a accusé le Premier Ministre Benjamin Netanyahu de ne pas avoir frappé Gaza assez fort.

Dans un assaut de 51 jours l’été dernier, Israël a commis de nombreux crimes de guerre, dévastant Gaza et laissant plus de 2.200 morts.

Les dernières incitations à la violence de Lieberman vont nourrir les comparaisons fréquemment faites entre Israël – l’auto-déclaré « Etat Juif » – et ISIS (ou ISIL), l’auto-déclaré « Etat Islamique » bien connu pour ses décapitations brutales d’otages dans les zones qu’il occupe en Irak et en Syrie.

Menaces renouvelées contre une députée arabe

isis-style-photo

(via Arabs 48)

Au milieu des appels de Lieberman à la décapitation à la hache, cette image a circulé parmi les utilisateurs des réseaux sociaux. Elle montre quelqu’un habillé comme « Jihadi John », le bourreau vu en train de décapiter des otages dans les vidéos de l’État Islamique.

Il tient un couteau sur le cou d’une personne portant un masque avec le visage de Haneen Zoabi, membre palestinien du parlement israélien.

On ne sait pas très bien quand cette image,envoyée anonymement au site web israélien satirique mizbala.com, a été créée. Le site web l’a publiée le 8 mars, la condamnant comme une « provocation ». C’était peut-être un costume de Purim créé avant les commentaires de Lieberman, mais ses termes ont manifestement apporté une nouvelle pertinence à ceux qui sont déterminés à inciter à la haine.

Zoabi est la cible fréquente de l’incitation à la violence par les extrémistes juifs israéliens qui s’opposent à sa demande d’égalité juridique et sociale pour les citoyens palestiniens d’Israël.

Récemment, la commission électorale d’Israël a essayé de lui interdire de se présenter aux élections de la semaine prochaine.

Zoabi a été physiquement attaquée la semaine dernière, alors qu’elle prenait part à une réunion de la campagne électorale.

La publication Arabs 48, destinée aux citoyens palestiniens d’Israël, dit que la circulation de cette image et l’attaque contre Zoabi, dans le cadre de la hausse du niveau des provocations anti-arabes, accroissent les craintes pour sa sécurité.

Avec mes remerciements à Dena Shunra pour la traduction.

Source : The Electronic Intifada

Traduction française : J. Ch. pour l’Agence Média Palestine