image_pdfimage_print

L’hôpital Al-Shifa a reçu un coup de téléphone annonçant qu’un bâtiment de l’hôpital allait être bombardé. 

À 16h30, l’hôpital a reçu un appel d’un numéro non répertorié, affirmant qu’un bâtiment devait être évacué immédiatement.
Le bâtiment en question est utilisé en ce moment pour les patients en surnombre et se trouve en face du bâtiment principal de l’hôpital, de l’autre côté de la rue. Il fait partie du site de l’hôpital mais sa construction n’est pas terminée.

L’hôpital est maintenant en train d’évacuer tout le personnel et les patients qui se trouvent à l’intérieur. « J’aimerais pouvoir dire qu’Israël, en menaçant de bombarder le plus grand hôpital de Gaza, a atteint un nouveau niveau vers le bas, mais au vu des atrocités ininterrompues et des massacres de civils pendant les 25 derniers jours, ce n’est pas vraiment une surprise », a déclaré Joe Catron, un militant du Mouvement américain de solidarité internationale (U.S. International Solidarity Movement, ISM) actuellement à l’hôpital al-Shifa.

Depuis le 25 juillet, des volontaires internationaux venant de pays comme l’Espagne, la Suède, les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, la Nouvelle-Zélande, l’Australie et le Venezuela ont initié une action protectrice par une présence constante à différents endroits de l’hôpital al-Shiva.

Selon le Ministère de la Santé de Gaza, au 29 juillet, il y avait eu 34 attaques contre des établissements médicaux de Gaza depuis le début du dernier assaut militaire israélien il y a 25 jours.

Traduction: Catherine G. pour l’Aurdip